Départ de Ramgoolam en Inde: une journée sur les nerfs

Avec le soutien de
L’ambulance a conduit Navin Ramgoolam de Wellkin au tarmac de l’aéroport où l’attendait le Boeing 737-8GJ de SpiceJet.

L’ambulance a conduit Navin Ramgoolam de Wellkin au tarmac de l’aéroport où l’attendait le Boeing 737-8GJ de SpiceJet.

Il a dû s’impatienter… Navin Ramgoolam, le leader du Parti travailliste (PTr), a embarqué finalement peu après 19 heures à bord du Boeing 737-8GJ de la compagnie SpiceJet pour l’All India Institute of Medical Sciences à New-Delhi pour bénéficier de soins avancés après avoir été testé positif au Covid-19 vendredi. Quelques heures avant son départ, un de ses médecins traitants, le Dr Farhad Aumeer, également député, a déclaré à l’express que l’ancien Premier ministre est très fort. «Il se porte bien. Il a le moral. Je suis confiant qu’il sera de retour en bonne santé. En tout cas, il est mieux que la semaine dernière», rassure-t-il. 

Celui-ci n’est pas parti avec le leader du PTr, mais trois médecins exerçant à Maurice, le Dr Prittysingh Bossoondyal, un urgentiste, le Dr Subir Chandra Das, un anesthésiste, et le Dr Elavarasan Narayanan sont à ses côtés. L’homme d’affaires Dhaneshwar Damry sera également du voyage. Ce proche du PTr opère dans l’ombre et il est dit qu’un jour, il pourrait appeler à prendre le leadership de ce parti. Sur la page Facebook Gen-Next du leader des Rouges, un post précise que Dhaneshwar Damry représente la famille. 

Une équipe médicale indienne était également à bord de l’appareil. L’avion fera une escale de 30 minutes à l’aéroport international de Trivandrum, dans l’ouest de l’Inde, pour ensuite se diriger à New-Delhi où une ambulance attendra le leader du PTr. Son traitement démarrera aussitôt qu’il sera admis. Il nous revient que le coût du transfert uniquement s’élève à 63 059,20 dollars américains (environ Rs 2,7 millions) l’aller simple (le montant de 155 000 dollars donné hier était l’aller-retour). L’État mauricien a payé ces dépenses comme un garant, mais le Parti travailliste a pris l’engagement de tout rembourser. 

Il faut dire que l’attente a été très longue. Navin Ramgoolam s’était déjà préparé pour quitter sa chambre d’isolement à la clinique hier vers midi, mais il a dû encore patienter pendant de longues heures. D’autant plus que le conseiller auprès du Premier ministre, le Dr Zuberr Joomaye, avait déclaré à la radio à la première heure hier que l’avion allait décoller très tôt de Chennai pour mettre le cap sur Plaisance. La compagnie SpiceJet avait même annoncé sur son site que le décollage était prévu à 9 h 30 (heure indienne) pour arriver à Maurice à 14 h 30. 

Plusieurs retards 

Cependant, des sites spécialisés devaient indiquer pendant la matinée que l’avion n’a jamais pris son envol à l’heure prévue. Et vers 13 heures, alors que le Boeing 737-8GJ était censé être en phase approche de l’île Maurice comme initialement prévu, le site officiel de SpiceJet a annoncé, après plusieurs retards, que le décollage devait avoir lieu à 13 h 47 (heure de Maurice) à Chennai pour que l’appareil puisse se poser à 18 h 30. Effectivement, il a pris son envol sans aucune reprogrammation pour fouler le sol de Plaisance à 18 h 41. D’après certaines sources, ce retard est dû à des ajustements à l’intérieur de l’appareil pour accommoder plus d’oxygène et il lui manquait certains documents pour décoller. 

Toutefois, ces changements d’horaires ont joué sur les nerfs des proches de Navin Ramgoolam au cours de la journée d’hier. Ils craignaient un nouveau report alors que le départ était annoncé depuis dimanche. «Vous imaginez que depuis samedi, nous entamons des démarches pour qu’il puisse partir. Imaginez-vous qu’un ancien Premier ministre ait tant de mal pour partir se faire soigner. Quelquefois, il y avait des obstacles inévitables, mais il y avait aussi quelques occasions pendant lesquelles on nous a mis des bâtons dans les roues. Je me permets aussi de croire que les autorités auraient pu faire une demande pour un avion militaire indien qui est équipé puisque l’Inde est un pays ami», a déclaré un membre du PTr au cours de la journée d’hier quand il a appris que l’avion était en retard une nouvelle fois. Navin Ramgoolam lui-même avait perdu patience lundi. 

Toutefois, la tension est tombée en fin d’après-midi quand l’avion était à deux heures de Maurice. «Le moment tant attendu est arrivé. Je tiens à remercier l’équipe administrative et technique de la clinique. Le Dr Farhad Aumeer n’a pas dormi depuis vendredi. Il faut aussi dire merci aux autorités mauriciennes et indiennes pour leur assistance afin de faciliter ce transfert», a déclaré le député Fabrice David.

De Wellkin à Plaisance

Finalement il a décollé à 21 heures à bord du SpiceJet. Le leader du Parti travailliste, Navin Ramgoolam, admis dans la salle d’isolement de la clinique Wellkin à Moka en a vu de toutes les couleurs avant de pouvoir quitter Maurice pour espérer avoir les meilleurs traitements. Finalement, c’est vers 18 h 30 que celui surnommé le Lion par ses partisans a quitté la clinique dans un cortège bien guidé par les motards de la police pour se diriger vers l’aéroport SSR à Plaisance. 

Le vol SpiceJet a accusé encore du retard hier alors que le président du Parti travailliste, Patrick Assirvaden, assurait que l’avion devait partir durant les petites heures. Ce n’est que vers 13 h 07 que l’avion a quitté Chennai après avoir accusé environ cinq retards. À l’hôpital Wellkin, tout avait été mis en place par les forces de police, notamment l’inspecteur Ashok Matar, pour s’assurer que le cortège transportant le Dr Navin Ramgoolam puisse circuler aisément. 

15 h 30 : l’arrivée des gardes du corps de Navin Ramgoolam annoncera la couleur. Les choses vont vite bouger à l’arrivée du Dr Aumeer. Le SpiceJet déjà en route est prévu d’atterrir à 18 h 27. «Le Dr Navin Ramgoolam se porte mieux. Depuis son arrivée vendredi dernier, il a beaucoup repris mais il souhaite partir en Inde pour continuer son traitement afin que cette maladie ne revienne encore», nous dira le Dr Aumeer vers 16 h 45 alors que le cortège se mettait en place devant l’ambulance prévue pour le transfert médical de Navin Ramgoolam. Plusieurs sympathisants rouges se mobiliseront, notamment Reza C. et une dizaine de personnes munies de banderoles rouge. «Mo larm koule kan mo get mo leader malad pe ale», dira un des partisans les larmes aux yeux. 

17 heures : les députés Ehsan Juman, Fabrice David et l’ex-ministre Devanand Ritoo ne passeront pas inaperçus. Commentant sa présence à l’hôpital Wellkin, Ehsan Juman explique que c’est de son devoir d’être présent. Questionné sur la raison pour laquelle Dhaneshwar Damry accompagne le leader des Rouges, ce dernier devait rétorquer que cela n’avait rien à voir avec le prochain leadership des Rouges. 

17 h 20 : Navin Ramgoolam prend place à bord de l’ambulance. Après les remerciements du Dr Aumeer, cap sur l’aéroport de Plaisance. «Le gouvernement s’est porté garant du paiement pour que le Dr Navin Ramgoolam puisse partir en Inde. Nous sommes confiants que tout se passera bien. Bien sûr à son retour le Ptr fera le nécessaire pour le remboursement mais pour l’heure, il fallait obligatoirement assurer son déplacement. Le Premier ministre Pravind Jugnauth suit cela de très près», dira le Dr Zouberr Joomaye quelques minutes avant le départ du cortège. 

18 h 07 : le cortège quitte enfin l’aéroport sous l’oeil bienveillant de l’inspecteur Ashok Matar qui coordonne l’opération. L’émotion était palpable à l’arrivée du cortège à l’aéroport car plusieurs partisans étaient massés pour souhaiter un bon rétablissement au leader des rouges. Ce sera finalement à 21 h 03 que le SpiceJet quittera l’aéroport de Plaisance avec à son bord l’équipe médicale et Navin Ramgoolam.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x