[Portrait] Bistro 88: des burgers aux signatures d’artistes

Avec le soutien de
Un «Hawaiian Crispy Chicken» Burger prêt à être dévoré.

Un «Hawaiian Crispy Chicken» Burger prêt à être dévoré.

Imaginez déjeuner en tête à tête avec un Big Frankii ou encore avec un de The Prophecy. C’est désormais possible. Pour cela, il suffit de se rendre à Eau-Coulée, plus précisément au Bistro 88. En effet, ces artistes ont apposé leur signature à ces burgers. Et d’autres suivront sous peu, confie l’un des directeurs du bistro, Mathieu Vencatachellum. 

Situé sur la route royale, le Bistro 88, accueille, depuis son ouverture voilà un an, des artistes locaux. De Big Frankii à The Prophecy, en passant par Mr Love et Olivier Sirop, ils défilent au sein du bistro pour le plus grand plaisir des fans et des propriétaires. 

Mathieu Vencatachellum raconte comment l’aventure a démarré. «J’ai toujours voulu travailler dans un secteur où le côté humain primerait. Créer un contact et arriver à discuter avec les gens.» Pourtant, à la base, son métier premier est designer graphique. «J’ai même créé ma société mais mon rêve a toujours été d’ouvrir un restaurant spécialisé en burgers car j’en suis un grand fan. Même si je ne suis pas cuisinier, je me disais que j’aurais pu y concevoir et créer des burgers.» 

(De gauche à droite) Mathieu Vencatachellum et Thierry Drack, les propriétaires du Bistro 88.

Et, c’est en compagnie de Thierry Drack, un de ses amis de collège, que le Bistro 88 voit le jour le 10 juillet 2020. «En fait, nous avions toujours voulu réaliser un projet ensemble. Et ce qui nous liait aussi, c’était notre année de naissance, soit 1988, d’où le nom Bistro 88.» Certes le confinement est venu quelque peu bousculer leurs plans mais est là. Et ils se proposent aussi de valoriser les artistes locaux. «Nous ne faisons pas de burgers commerciaux. Ils ne sont pas précuits. Le burger est fait à la minute, dès que le client a fait son choix. Avec le burger, on essaie de vendre l’atmosphère, la convivialité, l’expérience et on établit un contact avec le client. Nous faisons en sorte que toutes les bourses puissent se retrouver à travers nos burgers.» 

Comment est arrivée l’association entre les burgers et les noms d’artistes ? «On voulait faire les artistes locaux parrainer les produits. Malheureusement, le confinement est venu retarder ce lancement car certains de nos produits n’étaient pas arrivés. Nous avons réussi à le faire avec certains d’entre eux. Et bientôt, nous aurons cinq à six autres artistes, qui parraineront aussi des burgers.» 

Il explique que le parrainage ne s’arrête pas uniquement au nom. «A titre d’exemple, The Prophecy Fish Burger a été fait par lui, pour lui et selon ses recommandations. Et l’on peut même dire que c’est le style de cet artiste, qui est mis en avant.» 

Idem pour Big Frankii. «Nous voulons que tous arrivent à se reconnaître à travers les burgers. Épicés, plus de fromage, ou encore le burger accompagné d’une touche de whisky, pour ne citer que ceuxlà, il y en a pour tous les goûts.» 

Et les vendredis et samedis, la piste de karaoké est ouverte. «Et chaque dernier vendredi de mois, nous avons aussi un artiste local, qui vient faire une prestation.» Hier, c’était Olivier Sirop, qui a charmé l’auditoire avec ses titres.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x