Sugar Investment Trust: des actionnaires réclament une enquête

Avec le soutien de
[Photo D'illustration]

[Photo D'illustration]

Une tentative d’investissement pour un projet de culture de canne à sucre en Tanzanie crée l’émoi chez les actionnaires du Sugar Investment Trust (SIT). Kailash Ramdharry, l’un d’eux, réclame que l’Independent Commission against Corruption (ICAC) fasse la lumière sur cette affaire. L’existence de la SIT Corporate and Secretarial Services Limited soulève des interrogations, le board de l’institution n’ayant pas été informé de sa création.

En juin 2017, le board du SIT a appris que Gansam Boodram, un de ses membres, a été approché par les autorités de la Tanzanie pour un projet d’investissement dans le pays, en quête de l’assistance de Maurice dans la culture de la canne. En décembre de la même année, le SIT a nommé un consultant pour réaliser une évaluation de fiabilité du projet. Ce dernier a soumis son rapport le 14 avril 2018, pointant du doigt, entre autres, des investissements conséquents avec des profits réalisables uniquement sur huit à dix ans après démarrage du projet. Le board n’est donc pas allé de l’avant.

Selon nos informations, les investissements devaient avoisiner Rs 1,5 milliard et concernait des terrains d’une superficie de 25 000 hectares.

En 2019, Gansam Boodram alors président de la SIT Land Holdings Limited, une filiale du SIT, reconsidère le projet. Mais la majorité des membres du conseil d’administration reste réfractaire. Une réunion du board du SITLH, le 28 mai 2019, aura la même issue.

Entre-temps, toutefois, Gansam Boodram créé une compagnie connue comme Rujifi Investments Ltd domiciliée à Solferino n°1, Vacoas. Deux autres personnes, dont un proche d’un ancien ministre des Finances, sont nommées directeurs et SIT Corporate and Secretarial Service Ltd, le secrétaire. Ce qui intrigue des actionnaires, dont Kailash Ramdharry, qui ne comprenait comment le SIT pouvait faire partie de la compagnie alors que le board avait rejeté l’idée d’investir en Tanzanie à au moins deux reprises. Il estime donc que des manœuvres intrigantes ont lieu au SIT. Kailash Ramdharry réclame donc une enquête sur la compagnie, sur des terrains vendus par le SIT et sur la gestion du bâtiment The Core situé à Ébène.

Contacté, Dinesh Babajee, Chief Executive Officer (CEO) du SIT, qui a rejoint l’institution en juillet 2020, a indiqué que le projet a été rejeté en mai de cette année.

Gansam Boodram : «c’est l’approche des élections qui fait réagir ces actionnaires»

«Je suis convaincu que le pays aurait tiré profit si le SIT était allé de l’avant avec ce projet», a déclaré Gansam Boodram. Concernant SIT Holdings Limited, comme secrétaire de la compagnie qu’il a créée, il avance qu’il voulait qu’il soit partie prenante de ce projet ambitieux, comme un «leading partner» principalement. Mais le «board» ayant rejeté le projet, la compagnie sera liquidée. Selon lui, certains actionnaires tentent de mener une campagne contre lui à l’approche des élections qui devraient se tenir en octobre. Gansam Boodram réfléchit toujours à un investissement privé pour ce projet.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x