L'express leaks du dimanche 8 août au vendredi 13 août 2021

Avec le soutien de

Des bruits de couloir, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ici ce que les autres vous cachent.

Publicité
Publicité

De mal en pis chez MK

La manière d’administrer MK, toujours avec des «yes men/ women» placés ici et là, fait qu’un département stratégique n’est pas prêt pour la relance et l’ouverture des frontières. La gestion par la responsable qu’on vient de demander de partir, après lui avoir, dans un premier temps, demander de rester malgré sa mise à la retraite forcée, serait catastrophique. Avec bon nombre de membres du personnel navigant commercial (PNC) pas vaccinés, en outre de ceux qui sont en «one month on, one month off», ceux qui sont payés pour travailler uniquement 11 jours par mois se voient avec des rosters où ils ont entre 20 et 25 jours sous le séquestre de MK. 

Dans un passé pas très lointain, il leur avait été demandé de chercher un «part time ailleurs». Aujourd’hui, ils ne peuvent honorer leurs engagements. Mais le plus grave reste le fait qu’environ une cinquantaine de PNC qui même s’ils voulaient travailler ne peuvent le faire, n’étant plus valides. Leur «ligne check» qui est un exercice obligatoire tous les trois ans a expiré et il n’y a pas suffisamment d’instructeurs pour assurer les checks qui doivent se faire en vol. De huit il y a deux ans, le nombre d’instructeurs est passé à quatre, dont un connu pour être pistonné par ses «frères maçons» des «Flight Operations», qui ne fait que du «office work» après avoir hérité du département suivant la mise à la retraite de ses supérieurs. 

Des trois autres instructeurs, deux sont des chefs de cabine (SFP) qui se sont vus imposer de travailler un mois sur deux. Entre donner des cours, les vols, faire les «line checks» tout en restant en auto-isolement ou en quarantaine, ils ne savent plus où donner de la tête. Le quatrième qui est, lui, un «Flight Purser», et n’ayant pas eu de contrat des administrateurs qui ont décidé de se débarrasser de cette catégorie d’employés, se retrouve à soit faire un vol ou donner un cours durant ses 11 jours de travail mensuel. Du jamais-vu, déplore-t-on. Plus ça change, plus ça empire…

Tout a été préparé

Les questions du journaliste de la MBC et les réponses du Premier ministre mercredi lors de l’inauguration de la route Hillcrest ne sont pas instantanées. Pendant une bonne partie de la journée, il y a une ligne de communication entre les conseillers du Premier ministre et la direction de la MBC. Cette dernière a délégué son directeur de l’information par intérim pour lui poser les questions. Il a même assisté au montage aux côtés de la direction. Aucun autre journaliste n’a voulu se soumettre à ce jeu. 

Dans un environnement malsain

Le courant passe mal entre un ministre et sa colistière. Cette dernière inonde les réseaux sociaux avec ses photos prises seules sur des sites de divers projets financés par le gouvernement. Dans l’entourage du ministre, on fait comprendre qu’elle veut faire croire qu’elle est la seule qui travaille pour les citadins. Même quand elle poste des photos d’un événement, elle précise que c’est elle qui est derrière. La dernière en date est une formation pour l’utilisation des appareils de compostage. La situation est si tendue qu’un activiste de la députée a eu un accrochage avec le ministre qui recevait ses mandats la semaine dernière. 

Transparency Mauritius se réveille

Après toutes les allégations de corruption qui pleuvent depuis quelques années, Transparency Mauritius alerte l’opinion… locale. Elle est très en colère et, dans un post sur Facebook, énumère les affaires de corruption que l’on savait déjà. Enfin, mieux vaut tard que jamais, nous dit un avocat.

La CNT et ses déchets gratuits

Toujours au sujet des campagnes de com, la CNT n’est pas en reste. Le directeur, Rama Rao, a invité les journalistes pour informer qu’il offre ses pneus usagés gratuitement aux ONG et autres entreprises pour recyclage. Ce qui a fait marrer un recycleur. «Les pneus usagés, on en a plein… Je croyais que la CNT allait les recycler elle-même.» Et de regretter que les recycleurs doivent en prendre livraison par leurs propres moyens sauf si c’est en grande quantité.

Opération «Koup riban»

Une nouvelle mode à la municipalité de Curepipe. Faute de nouveaux projets à proprement parler comme la reconstruction du marché du forum, qui attend depuis de nombreuses années, le maire, Hans Marguerite, a trouvé l’astuce pour «koup riban». Il a lancé en grandes pompes les travaux de réfection des routes défoncées de Curepipe, routes qui sont en piteux état depuis plusieurs mois. Et il y a même eu des invités de marque : les députés et ministre de l’endroit. Il est vrai que les Rs 91 millions bloquées depuis janvier 2020 chez Banyan Tree Bank pèsent beaucoup sur les finances de la ville. Mais tout est bon pour faire de la com. Un conseiller municipal moqueur se demande si le maire organisera une grande fête si et quand il retrouvera ses Rs 91 millions. 

Évité à table

Abbas Mamode, démissionnaire du PMSD, peinerait-il à trouver des amis de table pendant les pauses à l’Assemblée nationale ? Si juste après sa démission du PMSD, il a continué à partager la table du PMSD, l’accueil froid qui lui a été réservé a fini par le faire partir. Il a alors tenté sa chance avec le MMM, mais malheureusement pour lui, on lui a bien montré qu’il n’est pas le bienvenu. «Il est difficile pour nous de digérer», remarque, en riant, un député de l’opposition. Finalement, Abbas Mamode aurait trouvé des «amis» qui veulent bien déjeuner en sa compagnie. Mais ce ne sont que les «petits nouveaux», nous dit-on, tels les Itoo et autres Dhunnoo. Il semble qu’il se sente mieux en cette compagnie. Pas plus tard que mercredi, il a même posté sur Facebook un «Happy Birthday to my Bhabhi…» à l’épouse du ministre Teeluck. Mais on ne sait pas s’il a été invité à la célébration d’anniversaire… 

Un Senior qui aime «l’express»

Cet homme d’affaires proche du pouvoir est allé voir un éminent avocat pour poursuivre trois journalistes de «l’express». Il voulait probablement mettre toutes les chances de son côté en choisissant cet homme de loi. Mais malheureusement pour l’homme d’affaires, l’avocat a décliné l’offre pour des raisons d’éthique. Pour ceux qui n’y croient pas, il existe encore à Maurice des hommes de tel gabarit et qui ont des considérations morale et éthique. Denrée assez rare cependant… 

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x