Blanchiment d’argent: la reine de Plaine-Verte écope d’une amende de Rs 920 000

Avec le soutien de

Rs 920 000. C’est l’amende imposée à Naserah Bibi Vavra, connue comme la Reine de Plaine-Verte, reconnue coupable sous dix accusations formelles de blanchiment d’argent par la division financière de la cour intermédiaire, ce lundi 21 juin.  Cela, en vertu des articles 3 (1) (b), 6 et 8 de la Financial Intelligence and Anti Money Laundering Act 2002 (FIAMLA). En effet, le magistrat Alvin Joypaul estime qu’une amende imposée sur chaque accusation est appropriée dans le cas présent car l’accusée a décidé de plaider coupable dans ce procès.

Ainsi, une amende de Rs 20 000 a été infligée à Naserah Bibi Vavra, qui avait acheté une Mercedes-Benz C200L coupé Saloon après avoir fait un emprunt auprès de l’ABC Finance and Leasing Ltd par le biais d’un faux relevé bancaire. Elle doit également payer une amende de Rs 100 000 pour chacune des neuf autres accusations. Elle avait effectué deux transactions bancaires de Rs 200 000, trois dépôts de Rs 100 000 et des transferts d’argent de Rs 5 000 et Rs 50 000 à la banque Baroda en 2006. Somme qui provient, selon la commission anticorruption (ICAC), d’un trafic de drogue de Rs 180 millions.

En cour, Naseera Bibi Vavra avait tenu à justifier les circonstances dans lesquelles des sommes d’argent ont été versées sur son compte. «J’avais contracté le mariage religieux avec Siddick Islam et je suis femme au foyer. Il m’avait, à plusieurs reprises, demandé de verser des tranches d’argent sur mon compte bancaire et je lui faisais confiance. Je l’ai fait sans savoir que la provenance d’argent était illégale», a-t-elle expliqué au magistrat avant de préciser qu’elle a décidé de se séparer de lui.

Son avocat, Me Siddhartha Hawoldar s’est confié à l’express et se réjouit de la sentence prononcée ce lundi. «Je suis satisfait car elle a écopé de plusieurs amendes par rapport à des accusations de blanchiment d’argent qui relèvent d’un délit sérieux. J’ai pu expliquer sa participation minime dans cette affaire de drogue étant donné que d’autres protagonistes ont joué un rôle plus important.» Il soutient que sa cliente qui est une femme au foyer se serait retrouvée dans une situation où elle n’a fait qu’obéir aux ordres de son mari d’alors.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x