Guinée: la fin de l'épidémie d'Ebola devrait être déclarée samedi

Avec le soutien de

La Guinée et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) s'apprêtent à annoncer samedi la fin de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola réapparue il y a quelques mois dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, ont indiqué jeudi le ministre de la Santé Rémy Lamah et l'OMS.

Le médecin général Lamah a mis en exergue la rapidité avec laquelle, si aucun nouveau cas n'est déclaré d'ici à samedi, les services de santé sont venus à bout de l'épidémie, officiellement annoncée en février, par rapport à celle qui avait éprouvé l'Afrique de l'Ouest de 2013 à 2016, la pire au monde depuis l'identification du virus en 1976.

Depuis sa réapparition, Ebola a causé cinq décès, a-t-on appris auprès du bureau de l'OMS en Guinée; 23 cas de contamination ont été notifiés, dont 16 confirmés et 7 probables.

Entre fin 2013 et 2016, Ebola avait tué plus de 11 300 personnes, principalement en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, trois des pays les plus pauvres au monde, un bilan sous-évalué de l'aveu même de l'OMS à l'époque.

«Nous nous apprêtons dans les jours à venir  à vous signifier l'arrêt de la circulation du virus Ebola, et précisément à la date du 19 juin 2021» ,a dit le médecin général Lamah lors d'une visioconférence de l'OMS.

«Cette importante cérémonie est prévue dans le région de Nzérékoré, et nous comptons la présence de tous les acteurs qui se sont vaillamment conduits lors de cette épidémie, et les communautés locales», a-t-il dit aux journalistes.

Comme en décembre 2013, la région de Nzérékoré (Sud-Est), aux confins de la Guinée et du Liberia, est le foyer de cette épidémie.

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x