Un «trou de Rs 28 milliards» pour lancer les débats budgétaires

Avec le soutien de

Comme le veut la tradition, le leader de l’opposition ouvrira, ce matin à 11h30, le bal des débats sur le budget avant que tous les autres parlementaires durant les prochains jours ne fournissent eux aussi leurs commentaires. Car avant tout, le fameux « grand oral » est un projet de loi - le Appropriation bill – qu’il faudra voter pour ouvrir la porte à un autre projet de loi : le Finance Bill.

Et c’est un drôle de sujet qui risque de dominer le discours de Xavier Duval : un trou allégué de Rs 28 milliards. Le leader de l’opposition a déjà commencé à réclamer des explications au ministre des Finances par rapport aux Rs 28 milliards avancées par la Banque de Maurice. Xavier Duval n’hésite pas à parler de trou dans l’exercice budgétaire qui vient ainsi masquer le niveau réel de l’endettement.

Serait-ce une nouvelle affaire de trou dans le Budget ? Où sont passées les Rs 28 milliards de la Banque de Maurice (BoM) ? Le point de départ du calcul : la contribution «exceptionnelle» de Rs 60 milliards de la BoM au Budget, l’an dernier.

Le communiqué de la BoM faisant mention des Rs 28 milliards dont il n’y a aucune trace dans le Budget 2021-22.

Dans un communiqué en date du 7 mai la BoM, dans le sillage des échanges avec le Fonds monétaire international (FMI), avait donné sa perspective sur les Rs 60 milliards accordées en «one off» au gouvernement. De cette somme, Rs 32 milliards ont été «written off» du Special Reserve Fund. Le solde de Rs 28 milliards «est considéré comme une avance sur les dividendes futurs transférés au gouvernement».

Le communiqué souligne que cette utilisation des fonds de la BoM est «en ligne avec les consultations qui ont eu lieu avec la mission d’assistance technique du Fonds monétaire international». Sauf que pour Xavier Duval, leader de l’opposition, le compte n’y est pas.

«Il y a toujours eu beaucoup de spéculations sur la dette publique, avec des insinuations qu’elle serait manipulée. Aujourd’hui, nous avons de solides indications à cet effet», a-t-il déclaré, hier, à l’express. Des détails que le leader de l’opposition compte étaler aujourd’hui, à l’Assemblée nationale, à l’ouverture des débats sur le Budget.

Tout tourne autour du chiffre de Rs 28 milliards. «Ce n’est pas un petit montant, cela correspond à 6 % du Produit intérieur brut», souligne-t-il. Xavier Duval d’ironiser : «Cela fait paraître les Rs 900 millions du trou du Budget de Bheenick comme une peccadille.»

Selon lui, les Rs 28 milliards représentent un «prêt, sans intérêt, certes, mais qui doit être repayé à travers de futurs dividendes». Une formule qui s’apparente à «un prêt accordé à un employé, déductible sur les salaires à venir».

Le leader de l’opposition maintient que la dette publique est, de ce fait, «faussée». Vendredi soir, Renganaden Padayachy, ministre des Finances, a indiqué, lors du discours du Budget, qu’à juin 2021, la dette publique serait à hauteur de «95 % du PIB». Ce que conteste Xavier Duval, pour qui ce chiffre serait de «plus de 100 %. Ce qui est extrêmement grave». Sans compter que cela dépasse le plafond recommandé par les institutions internationales.

Le leader de l’opposition souligne qu’avec le Budget, «on s’attend que l’on nous dise la vérité». Sauf qu’en «se cachant comme une autruche, ce que fait ce gouvernement est dangereux».

Sollicité pour un éclairage sur la question, un économiste explique : «All 60 billions are accounted as revenue in the Budget. Rs 33 billions as recurrent revenue and Rs 27 billions as capital revenue. Then the minister has transferred Rs 31 billions to special funds instead of Rs 15 billions.»

Il partage le constat du leader de l’opposition : «Malgré le communiqué de la BoM, le ministère des Finances a fait comme si les Rs 28 milliards étaient un don de la BoM, au lieu de les traiter comme une dette. C’est ça qu’il faut dénoncer.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x