Euro: malaise du Danois Christian Eriksen, le match contre la Finlande suspendu

Avec le soutien de

Le Danois Christian Eriksen, victime d'un malaise samedi à l'Euro de football, s'est effondré sur la pelouse en plein match avant de subir un massage cardiaque et d'être évacué sur civière, entraînant la suspension de la rencontre contre la Finlande à Copenhague.

Eriksen (29 ans) s'est écroulé subitement sur le terrain juste avant la pause, les yeux écarquillés. Le match a été interrompu et ses partenaires se sont rassemblés pour former un cercle autour de lui, certains d'entre eux en larmes.

Après de longues minutes où une équipe médicale s'est affairée autour de joueur de l'Inter Milan, l'arbitre a officiellement renvoyé les deux équipes au vestiaire alors que le chronomètre du match indiquait le temps additionnel de la première période.

On ignorait dans l'immédiat l'état de santé exact du milieu de terrain.

«Le match de l'Euro à Copenhague a été suspendu en raison d'une urgence médicale», a écrit l'UEFA sur le compte Twitter du tournoi.

Eriksen a été évacué sur civière, dissimulé derrière de longues bâches, sous les applaudissements du public de Copenhague.

Ces images particulièrement glaçantes ont aussitôt renvoyé les amateurs de football à d'autres drames survenus sur des terrains ces dernières années.

S'agissant des grandes compétitions internationales, la Coupe des confédérations 2003 avait été endeuillée par le décès du footballeur camerounais Marc-Vivien Foé (28 ans) à Lyon des suites d'un malaise survenu sur le terrain lors de la demi-finale contre la Colombie. Selon l'autopsie, il souffrait d'une malformation cardiaque.

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x