La majorité des vaccins obtenus par Maurice pas reconnus par l’UE

Avec le soutien de

La campagne de vaccination se poursuit. Si la protection de la population et la réduction des risques de transmission sont les principaux arguments des autorités, il ressort que la majorité des vaccins obtenus par Maurice ne sont pas reconnus par l’Agence européenne de médicaments (EMA) et, de ce fait, voyager risque d’être compliqué. Pour l’instant, l’EMA n’a reconnu que quatre vaccins : Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson. Quatre autres vaccins sont en cours d’étude pour une commercialisation. Il s’agit du Zorecimeran, développé par l’Allemagne, du Novovax (USA), du Spoutnik V (Russie) et du Sinovac. Quant au Covaxin, l’EMA avait donné son avis à Bharat Biontech pendant que son vaccin était au stade d’étude non-clinique. 

Au niveau de l’OMS, six vaccins ont été approuvés pour une utilisation d’urgence. Il s’agit de l’AstraZeneca, Sinopharm, Sinovac, Pfizer, Moderna et Johnson & Johnson. Quant au Covaxin, 90 % de la documentation a été soumis à l’OMS fin mai et une décision est attendue d’ici septembre. Face à ces approbations et études, qu’en est-il des voyages et des vaccins ?

Les restrictions

La présidente de la Commission européenne a déclaré, à plusieurs reprises aux médias, en mai, que la commission proposait aux pays membres d’ouvrir l’espace aux touristes vaccinés aux vaccins autorisés par l’EMA. Le Parlement européen a donné hier son feu vert au certificat numérique Covid européen, destiné à faciliter les déplacements au sein de l’UE (voir aussi en page 13). À noter que l’expression «passeport vaccinal» n’est pas le terme utilisé. 

La France a catégorisé les pays en trois couleurs : vert, orange et rouge. Pour l’instant, Maurice figure dans la liste orange, qui regroupe les pays avec une «circulation active du virus dans des proportions maîtrisées, sans diffusion de variants préoccupants». Les Mauriciens souhaitant visiter la France et qui ne sont pas vaccinés à l’AstraZeneca devront avoir un motif impérieux (regroupement familial, études, travail, entre autres) et présenter un test PCR négatif datant de moins de 72 heures à l’arrivée. Ils peuvent aussi faire l’objet de tests antigéniques aléatoires à l’arrivée et devront respecter une période d’auto-isolement de sept jours. 

Les autres pays ont adopté pratiquement les mêmes règlements avec quelques variations. La Grèce, par exemple, accepte des vaccins pas encore approuvés par l’OMS ou l’EMA, alors que la Croatie accepte aussi un certificat de guérison. Certains pays européens ont aussi imposé une quarantaine obligatoire à l’arrivée. Les voyages, même pour les personnes vaccinées, s’annoncent complexes. 

La grande question qui reste est, est-ce que l’EMA va approuver les vaccins Sinopharm et Covaxin ? Il y a quelque temps, Sinopharm était dans une position délicate car la Chine ne reconnaissait que les vaccins produits par la Chine. Mais depuis l’assouplissement des restrictions, l’espoir est permis. Quant au Covaxin, le dossier n’a pas encore été soumis à l’EMA. 

Interrogé au sujet de la possibilité de voyager en Europe sachant que des vaccins obtenus par Maurice ne sont pas reconnus par l’EMA, le ministre Kailesh Jagutpal a, lors du point de presse du National Communication Committee, hier, fait ressortir qu’il est trop tôt pour faire de commentaire. Les autorités mauriciennes attendent le communiqué officiel de l’UE pour se prononcer, a-t-il fait comprendre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x