Metro Express à Vacoas: le sort de plusieurs familles en suspens

Avec le soutien de
Ce terrain de l’État devrait accueillir environ cinq familles dont les maisons ont été démolies à cause du projet Metro Express.

Ce terrain de l’État devrait accueillir environ cinq familles dont les maisons ont été démolies à cause du projet Metro Express.

Cela fait plus d’un an que des familles habitant à proximité de Sivananda Road, Vacoas, attendent la décision du ministère des Terres et du Logement pour être relocalisées. Leurs maisons étant situées sur le tracé du métro léger entre Rose-Hill et Curepipe. La question de leur migration ne se pose plus avec la mise à exécution d’une décision irréversible. Sur place, les signes d’une délocalisation sont visibles. En effet, des travaux de déblayage ont commencé. 

Ces maisons qui seront bientôt démolies ont entre 10 et 30 ans et certaines sont des demeures de grande valeur. Toutefois, certaines familles à l’instar des Soodrum ou des Allagapen souhaiteraient en finir, mais elles ne peuvent aller de l’avant, tributaires des autorités qui prennent du temps pour régulariser la situation. «Nous savons déjà que nos maisons seront démolies. Nous espérons à présent qu’elles seront évaluées dans les meilleurs délais, mais rien dans ce sens n’a été fait pour le moment.» 

Sollicité, Nando Bodha, ancien ministre du Transport, qui maîtrise le dossier, estime que ces familles méritent une attention particulière car un projet national est venu chambouler leur vie. «Je suis au courant de ce projet de délocalisation car j’occupais le portefeuille du Ministry of Land Transport and Light Rail. Donc je connais bien ce dossier. D’ailleurs, j’avais repéré le terrain pour reloger ces familles.» 

Il estime que ces dernières doivent être compensées à hauteur de la valeur de leur maison, en argent ou sous forme combinée terrain et argent. «Pour que ce projet réussisse, il faut une coordination rigoureuse entre toutes les parties concernées pour prévenir tout problème de délocalisation.» À savoir les traumatismes sociaux que peuvent subir adultes et enfants entre autres. Il ajoute que cette délocalisation ne devrait pas perturber le programme scolaire des enfants.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x