Covid-19: les frontières terrestres de l'Algérie resteront fermées

Avec le soutien de
La fermeture prolongée des frontières a déclenché des mouvements de protestation.

La fermeture prolongée des frontières a déclenché des mouvements de protestation.

Les frontières terrestres de l'Algérie resteront fermées alors que les liaisons aériennes reprendront elles à partir du 1er juin, a décidé mardi le Haut conseil de sécurité algérien. 

Après avoir écouté les interventions des membres du Haut Conseil de sécurité (...), le président de la République a examiné les mesures relatives à l'ouverture des frontières aériennes et les conditions devant être remplies par les voyageurs, avec le maintien des frontières terrestres fermées sauf en cas de nécessité, selon un communiqué officiel.

«Les mesures détaillées seront définies par un décret exécutif», ajoute le communiqué.

Dimanche, la présidence algérienne avait annoncé la réouverture partielle des frontières, avec la reprise des liaisons aériennes à partir du 1er juin, après plus d'un an de fermeture en raison de la pandémie de coronavirus.

Cette réouverture débutera dans un premier temps par «un plan de cinq vols quotidiens de et vers les aéroports d'Alger, de Constantine et d'Oran», les plus grandes villes du pays, à partir du 1er juin, a précisé un communiqué publié à l'issue du Conseil des ministres.

Elle s'opérera dans le «strict respect» des mesures préventives contre le Covid-19.

Plusieurs millions d'Algériens de l'étranger ont dû composer avec la fermeture des frontières et la suspension des vols commerciaux et des liaisons maritimes décidées le 17 mars 2020. 

La fermeture prolongée des frontières a déclenché des mouvements de protestation, sinon de colère, au sein de la nombreuse diaspora algérienne, en particulier en France. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x