Fusillade mortelle de Manan Fakhoo: la présence de l’ASP Ghoorah de nouveau souhaitée

Avec le soutien de

L’interrogatoire de l’Assistant Superintendent of Police (ASP) Ghoorah de la Major Crime Investigation Team (MCIT) dans le cadre de la radiation d’accusation provisoire de «complot en vue de commettre un meurtre» qui pèse sur Multazaam Sadulla a pris fin. Les plaidoiries devaient être entendues devant la cour de district de Rose-Hill le mercredi 5 mai, mais la défense réclame de nouveau, par le biais d’une nouvelle requête, la comparution de l’ASP.

Mes Narghis Bundhun et Nabiil Shamtally, représentant les intérêts de Multazaam Sadulla, ont expliqué en cour qu’ils ne peuvent soumettre leurs plaidoiries à ce stade car de nouveaux éléments ont surgi pendant l’enquête. Interrogé au siège de la MCIT jeudi dernier, et questionné sur la date de la réunion où Ajmal Aumeeruddy, Umar Ajam Beeharry, Yassiin Meetou et lui-même ont comploté pour tabasser la victime, le suspect avait répondu, deux ou trois jours avant le 19 janvier. Une autre question avait suivi. «Si d’après l’enquête, la police affirme qu’Umar Beeharry, Ajmal Aumeeruddy, Saif Sadullah, Mursalaat Sadullah, Yassiin Meetou et vous avez comploté pour tuer Fakhoo, que dites-vous ?» Multazaam Sadulla a soutenu que le but dudit complot était de donner une leçon à la victime et non pas de le tuer. Nouvel élément, relié à leur motion d’abandon d’accusation, estiment les avocats Shamtally et Bundhun qui veulent de nouveau convoquer l’enquêteur Ghoorah.

Toutefois, la poursuite a objecté à la motion. Les débats reprendront devant le magistrat Vignesh Ellayah le 26 mai.

Par ailleurs, la police a produit une lettre émanant de la New Wing Prison de Beau-Bassin dans laquelle le représentant a répondu à une question de la défense, qui demandait pourquoi la barbe et le crâne du suspect avaient été rasés sans son consentement, car il était suspect et non accusé, Multazaam Sadulla jouit de la présomption d’innocence. Ce dernier ne peut à ce stade se voir imposer des conditions.

Le représentant de la prison a déclaré que le suspect était d’accord pour ce changement. Mes Narghis Bundhun et Nabiil Shamtally ont signalé qu’ils saisiraient la Human Rights Commission pour dénoncer ce qui s’est passé.

Pour rappel, depuis la fusillade mortelle de Manan Fakhoo le 20 janvier, dix suspects sont en état d’arrestation. La police soupçonne un coup monté par ces derniers.

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x