L'express leaks du dimanche 25 avril au vendredi 30 avril 2021

Avec le soutien de

Des bruits de couloir, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ici ce que les autres vous cachent.

Pas de baptême pour l’alliance

Au sein du PMSD et du MMM, des voix s’élèvent sur la constitution de l’alliance dite de l’espoir. Ainsi, beaucoup ont été surpris d’apprendre, par le biais de la presse, qu’ils faisaient partie d’une alliance dite de l’espoir. Ils regrettent de n’avoir pas été invités au baptême, au cours duquel ils auraient pu donner leur bénédiction. Ils vont prochainement faire part de leur désespoir. 

Agalega et Covid

Depuis que la presse indienne s’intéresse de près à Agalega, ils sont nombreux les internautes de Maurice et de la Grande péninsule à pointer du doigt le fait que l’Inde dépense des milliards pour des équipements et des installations militaires alors qu’il lui manque sérieusement de l’oxygène. La question qui revient : combien d’hôpitaux avec des respirateurs auraiton pu construire uniquement avec l’argent d’Agalega.  

PPS et ministre en conflit

Il ne se passe pas un jour sans que ce secrétaire parlementaire privé publie des photos le montrant devant des travaux en cours. Il prend même la pose devant des travaux qui ne sont pas réalisés par la «National Development Unit». Mais la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de son colistier, qui est, lui, ministre, serait un don de sang avec l’apport des agents du PTr. Le ministre est depuis très remonté contre le PPS et ne compte pas rester les bras croisés, a-t-il laissé entendre.  

Vraies difficultés

Plusieurs entrepreneurs font ouvertement savoir qu’il leur est difficile de masquer les difficultés auxquelles ils font face depuis la seconde vague. Cela après leur rencontre avec le ministre des Petites et moyennes entreprises jeudi dernier. Lors de cette réunion, on leur aurait conseillé d’arrêter de brosser un tableau noir et de trouver un angle plus positif. «On veut bien positiver, mais là ce n’est pas possible.»  

Panneau de la discorde

Au campus du Réduit, on s’interroge sur les dépenses en millions liées à l’installation d’un panneau publicitaire LED, qui est venu défigurer le bâtiment historique, en pierres taillées, du collège de l’Agriculture. Le syndicat a demandé des explications à la direction, qui jusqu’ici, n’a pas encore répondu. Certains se demandent si ce n’est pas parce que l’entrepreneur des travaux ne serait pas le même qui a beaucoup fait parler de lui dans le cadre de l’«Emergency Procurement» de la première vague. Voilà de quoi susciter d’autres vagues à l’université de Maurice après l’épisode du mél raté sur les «Work Access Permits».  

L’ICTA surveillé par le monde

 Plusieurs experts en démocratie, basés en Europe et aux États-Unis, surveillent le projet de réguler les réseaux sociaux, présenté par l’ICTA. Pour nombre d’entre eux, ce que propose de faire l’ICTA est du «jamais vu» et va même plus loin que certains régimes autoritaires comme la Chine et l’Iran. Depuis cette affaire, l’ICTA et ses directeurs sont sous stricte surveillance. Les experts se demandent ce qu’on a pu promettre aux directeurs de l’ICTA pour qu’ils aillent aussi loin dans leurs tentatives de surveiller les citoyens et d’intercepter leurs messages. Deux d’entre eux nous ont confié, cette semaine, qu’ils craignent que des régimes autocratiques se basent sur le modèle mauricien pour contrôler les utilisateurs des réseaux sociaux ailleurs. Selon eux, Facebook est également surpris par les manœuvres du gouvernement mauricien et suit la situation de près. 

Leader avec quatre députés

 Depuis la démission de Salim Abbass Mamode du PMSD, certains députés de l’opposition estiment qu’il devient inconfortable pour Xavier-Luc Duval de siéger comme leader de l’opposition, car son parti ne compte que quatre députés au Parlement. Pour rappel, Duval avait accepté de succéder à Arvin Boolell, le 4 mars 2021, «pendant un certain temps».  

Mauriciens versus indiens

Justement des anciens employés de bateaux de croisière, qui ne pouvaient débarquer, l’an dernier, alors qu’ils étaient dans les eaux mauriciennes attirent l’attention sur le fait discriminatoire que des employés de Larsen & Toubro ont été eux autorisés à fouler le sol mauricien malgré la crise sanitaire en Inde et les nouveaux variants du Covid-19. «Bann Indiens pli for ki Morisien dan nou prop péi!» s’indignent-ils.  

La diaspora en mode débat

Navin Ramgoolam, Dev Sunassee, Padma Utchanah, Ashok Subron, Adrien Duval seront parmi ceux qui vont débattre, cet après-midi, de la place de la diaspora au sein de la démocratie mauricienne. En parlant de démocratie, beaucoup vont surtout questionner ce terme en se basant sur le rapport V-Dem et sur le droit de vote électronique des Mauriciens d’outre-mer. Le débat sera modéré par Covilen Narsinghen, légiste installé en Angleterre. Si le leader de l’opposition ne peut y participer, son fils le remplacera pour le débat. En revanche, Paul Bérenger, Roshi Bhadain et Nando Bodha ont décliné l’invitation en évoquant le fait qu’ils sont pris ailleurs. Des membres de la diaspora regrettent que Bodha ne soit pas présent pour répondre aux questions liées au sort des Mauriciens «stranded» l’an dernier, dont certains étaient sur des bateaux non loin des rives mauriciennes. 

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x