Covid-19 – patients dialysés: l’hécatombe se poursuit, 11e décès à déplorer en ce mercredi

Avec le soutien de

Nous vous l’annoncions il y a quelques instants. Un 11e décès est à déplorer, en ce mercredi 21 avril,  parmi les patients dialysés testés positifs au Covid-19. Il s’agit d’une habitante de Tyack, âgée de 55 ans, qui avait été admise à l’unité des soins intensifs de l’hôpital de Souillac après que son état de santé s’est détérioré. Un 11e décès qui suscite une nouvelle fois colère et indignation chez les Mauriciens, il n’y qu’à voir les réactions et commentaires des internautes. Alors que ces derniers en appellent au ministre «Jagutpaaaallll», celui-ci se justifie et se dédouane de toute responsabilité…

En effet, à  en croire le Dr Kailesh Jagutpal, son ministère et l’intégralité du personnel soignant qui s’occupe des patients dialysés durant leur quarantaine sont exempts de tout reproche. C’est d’ailleurs ce qu’il a déclaré hier, mardi 19 avril, alors qu’il répondait à la Private Notice Question du leader de l’opposition, Xavier Duval. 

Kailesh Jagutpal insiste : le traitement accordé aux patients dialysés est «correct» et il est «très satisfait» du travail «fantastique» effectué. S’appuyant sur les statistiques d’autres pays, le ministre s’est réjoui que les patients dialysés jouissent d’un traitement gratuit au pays et qu’en comparaison avec les chiffres internationaux, le taux de décès recensé parmi les dialysés était «normal». Raison pour laquelle il ne juge pas utile de mettre sur pied une enquête indépendante visant à faire la lumière sur les décès. 

«L’état de santé de ces patients était déjà très fragile et ils souffraient d’autres comorbidités», a-t-il justifié, même si de l’aveu même des autorités, aucune autopsie n’a été effectué sur aucun des patients décédés, ce qui aurait permis de prouver leurs dires. Le ministre de la Santé a joué la carte de l’émotion en disant qu’il ne voulait pas manquer de respect aux personnes décédées ou à leurs proches en dévoilant des détails au sujet de leur mort. 

Mais Xavier Duval lui a rappelé qu’en quarantaine, ces patients se sont plaints du fait d’avoir été «enfermés» et «privés» de plusieurs facilités. Sans oublier que les horaires pour les séances d’hémodialyses avaient été perturbés. «C’était une torture psychologique», a déploré le leader de l’opposition. La plainte de négligence médicale formulée par la fille d’une patiente dialysée décédée a aussi été soulevée au cours de la PNQ. 

Même lorsqu’il a été confronté à ces détails, le Dr Kailesh Jagutpal a maintenu qu’il ne voyait pas l’utilité d’une enquête indépendante sur la question. Par contre, il a concédé qu’une diététicienne a dû être dépêchée à l’hôtel Tamassa après que les patients dialysés se sont plaints. Autre information révélée par le ministre : les proches des patients dialysés devaient s’acquitter d’une somme de Rs 32 000 ou 

Rs 54 000 pour pouvoir rester à leurs côtés durant la quarantaine. Ainsi, 14 d’entre eux en ont accepté mais les autres, qui n’en avaient pas les moyens, n’ont eu d’autre choix que de refuser. Or, le ministre de la Santé, qui a lui-même exercé comme consultant en psychiatrie pendant plus de dix ans, a refusé d’admettre que ces facteurs relevés par les patients dialysés et leurs proches ont peut-être contribué aux décès. «La quarantaine est difficile pour tout le monde», a répliqué le ministre

Pourquoi les patients dialysés n’étaient pas prioritaires durant la campagne de vaccination, surtout suivant le confinement ? Xavier Duval a également interpellé le ministre de la Santé sur la question en s’appuyant sur le fait qu’aucune personne de l’unité de dialyse à l’hôpital de Souillac, patients et personnel soignant  compris, n’avait été immunisée avant la résurgence de Covid-19 dans le pays. Le Dr Kailesh Jagutpal a d’abord déclaré que la campagne avait été stoppée pour les personnes âgées et pour les personnes souffrant de comorbidités car il leur était conseillé de rester à la maison durant le confinement.

Sauf que les séances de dialyse se poursuivaient pour les patients concernés et le leader de l’opposition a soutenu que les membres du personnel soignant étaient plus à risque de contracter et de transmettre le virus. D’ailleurs, c’est bien à travers un membre du personnel soignant affecté à l’unité de dialyse que les patients dialysés ont contracté le virus. Mais une nouvelle fois, le Dr Kailesh Jagutpal a refusé de remettre en question les décisions prises par le gouvernement

Publicité
Publicité

Le jeudi 31 mars, c’est Maneesh Gobin qui s’est chargé d’annoncer que le confinement sera prolongé jusqu’au 30 avril mais qu’il y aura une reprise partielle de certaines activités. Comment les Mauriciens vivent-ils cette situation sanitaire? Retrouvez tous nos articles dans ce dossier.


Le mardi 9 mars 2021 vers 21 heures, le Premier ministre a prononcé une allocution télévisée pour annoncer un confinement national du 10 au 25 mars. Une annonce qui rappelle celle de l’année dernière. Le 19 mars 2020, Pravind Jugnauth avait décrété un confinement national à partir du lendemain.  

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x