Covid-19 - 10e patiente dialysée décédée : Avishna avait seulement 38 ans…

Avec le soutien de

Consternation à Surinam. Avishna Jena (photo), une habitante de la région, une patiente dialysée testée positive au Covid-19, est décédée à l’hôpital de Souillac, dans la soirée du lundi 19 avril. Ce qui porte à dix le nombre de patients dialysés qui nous ont quittés en l’espace de trois semaines. 

La famille de cette femme, âgée de 38 ans, est sous le choc. Elle tente de comprendre comment Avishna Jena, «pleine de vie» malgré sa maladie, a pu rendre l’âme dans de telles circonstances. Contactée hier, une de ses cousines a confié que les proches ne souhaitent se prononcer dans l’immédiat, étant en deuil. Et d’ajouter qu’ils doivent avant tout connaître tous les éléments entourant le départ soudain d’Avishna Jena. 
Si cette dernière a pu parler à quelques occasions aux membres de sa famille, durant sa quarantaine, à l’hôtel Tamassa, l’on retient surtout qu’elle disait souffrir énormément, déplore-t-on. Celle qui a commencé la dialyse deux mois de cela avait également d’autres complications de santé, comme l’hypertension, indique-t-on. «En plus de cela, elle avait été testée positive au Covid-19 à son septième jour de quarantaine. Puis, nous n’avons plus eu de ses nouvelles pendant plusieurs jours.»

Pour ses proches, ce serait à l’hôpital de Souillac qu’elle aurait contracté le virus. «C’est en allant à son traitement qu’elle a été contaminée par les infirmiers déjà positifs sur les lieux.» Si, dans un premier temps, les proches croyaient qu’on lui avait enlevé le droit d’utiliser son téléphone portable, ils expliquent, désormais, avoir pris connaissance que la trentenaire était admise à l’unité des soins intensifs à un moment donné. «Il faudra démêler le vrai du faux, avant que nous en parlions. Tou ankor flou…» 

Une autre proche, que nous avons contactée hier, avance qu’Avishna Jena lui avait parlé avant sa mort, lui expliquant qu’il y avait un manque d’hygiène sur place et que le personnel ne s’occupait pas d’elle. «Par exemple, un jour, elle avait vomi et est restée dans son vomi pendant un bon moment, jusqu’à ce qu’on daigne venir nettoyer. Aussi, en trois semaines, ses proches ont été sollicités une seule fois pour venir déposer ses effets personnels à l’hôpital.»

Puis, alors qu’ils n’avaient plus de ses nouvelles, à l’hôpital, où ils appelaient, personne ne voulait donner de détails sur la patiente. «Zot ti pé koz brit… Kan nou ti pé dir enn zafer, zot ti pé dir ‘nou nou pa dokter nou’ !» Soulignons qu’Avishna Jena ne serait pas décédée du Covid-19, selon les autorités du moins, mais plutôt d’un accident vasculaire cérébral. C’est ce qu’a déclaré le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, hier. Il répondait à la Private Notice Question de Xavier-Luc Duval.

Publicité
Publicité

Le jeudi 31 mars, c’est Maneesh Gobin qui s’est chargé d’annoncer que le confinement sera prolongé jusqu’au 30 avril mais qu’il y aura une reprise partielle de certaines activités. Comment les Mauriciens vivent-ils cette situation sanitaire? Retrouvez tous nos articles dans ce dossier.


Le mardi 9 mars 2021 vers 21 heures, le Premier ministre a prononcé une allocution télévisée pour annoncer un confinement national du 10 au 25 mars. Une annonce qui rappelle celle de l’année dernière. Le 19 mars 2020, Pravind Jugnauth avait décrété un confinement national à partir du lendemain.  

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x