L'express leaks du dimanche 11 avril au vendredi 16 avril 2021

Avec le soutien de

Des bruits de couloir, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ici ce que les autres vous cachent.

Mauvaises ondes

Cette radio privée, que le pouvoir n’aimait pas jadis, change-t-elle progressivement de ton pour caresser le même pouvoir dans le sens du poil ? En tout cas, c’est ce que redoutent ses deux principaux animateurs-journalistes qui commencent à réfléchir sérieusement au type de journalisme auquel ils veulent adhérer. À ce stade, le brouillage des ondes se fait à l’antenne et non hors antenne. D’autre part, vu le nombre de titres et de radios tombés dans l’escarcelle du pouvoir, quelques irréductibles journalistes envisagent de former, bien loin du Media Trust, un front commun composé de professionnels du métier pour défendre non seulement les métiers de la presse (et non de la com’) mais également la liberté d’expression que d’aucuns veulent contrôler. À tout prix !

Aruna, les chatwas et les trolls

La libération sous caution hier de la citoyenne-internaute Aruna Gangoosingh est saluée sur la Toile par ceux qui se disent pour la liberté d’expression totale (même s’ils désapprouvent son langage grossier et séditieux) mais elle est condamnée par ceux qui se rangent, par intérêt ou conviction, derrière Arnaud Lagesse, le grand patron d’IBL. Les habitués des réseaux sociaux se constituent en groupes de soutien et affichent leurs préférences et y vont de leurs analyses ‘savantes’. Deux questions reviennent : 1) Les puissants n’abuseront-ils pas davantage du liberticide amendement 46 de l’ICTA ? 2) Si ce n’était pas Arnaud Lagesse vs Aruna Gangoosingh et si elle n’était pas une dénonciatrice du pouvoir, aurait-elle été arrêtée ? En attendant, les «chatwas» et «trolls» du pouvoir ont été invités à ne pas se joindre à ce débat sensible.

 

Dangereux clivages

À la suite de la plainte d’Arnaud Lagesse, se basant sur l’article 46 de l’ICTA, qui a débouché sur l’arrestation de l’internaute Aruna Gungoosingh cette semaine, ils sont plusieurs esprits chagrins à tenter de semer des graines de division communale à travers les réseaux sociaux, alors que c’est un cas qui relève surtout de l’insulte. La police a intérêt à surveiller ces pyromanes, qui jettent de l’huile sur le feu. 

Giraud inculpé ou témoin ?

Le CCID ne savait pas vraiment s’il fallait suivre les directives pour inculper provisoirement Jean-Michel Giraud vendredi à la suite de son interrogatoire ou passer le dossier au bureau du DPP. Finalement, les enquêteurs ont préféré la seconde option. L’interrogatoire de Giraud s’est déroulé dans une ambiance cordiale, apprenons-nous.

PS dénoncé

Un Permanent Secretary est contesté parce qu’il siège au sein d’une dizaine de «boards» contre rénumération. Certes, il n’est pas le seul grand commis, qui cummule les casquettes, mais le hic, c’est qu’il se trouve dans une situation de conflit d’intérêts qu’il ne peut plus minimiser. Dans une lettre de dénonciation, des fonctionnaires expliquent comment le fait de siéger au sein d’un organisme régulateur et sur différents conseils d’administration constitue une entorse aux principes de base de la bonne gouvernance. 

Negociation au PMO

Le contrat du commissaire de police Khemraj Servansingh prend fin le 12 mai prochain mais les tractations pour nommer son éventuel successeur ont déjà commencé. C’est un membre influent d’une association dite socioculturelle qui mène le lobbying, et ce, même s’il est en liberté conditionnelle dans des cas d’agression. Le lobbyiste socioculturel, encouragé par la nomination du nouveau N° 2 de SBM Group, tente de propulser le patron du CCID, Heman Jangi, à la tête des Casernes centrales. Cette affaire crée une frustration parmi les hauts-gradés qui n’ont pas encore pris leur retraite et qui aspirent légitimement au poste suprême de la police. 

Crypto-monnayeur

Habitué des polémiques, ce jeune politicien s’est calmé sur les réseaux sociaux. Non, il n’est pas malade, mais il aurait une nouvelle passion. Il apprend les rudiments de la cryptomonnaie. Il se voit en homme d’affaires, même s’il dit investir, pour l’instant, en amateur afin de suivre l’évolution des bitcoins. À ce stade, il ne sait pas s’il va suivre le chanteur sénégalais Akon, qui veut bâtir une autre ville futuriste en Afrique, cette fois-ci en Ouganda, où toutes les transactions se feront uniquement en crypto-monnaie, notamment le Akoin... 

Nouveau visage du JT

Une productrice de la MBC serait sur le point de devenir le nouveau visage du bulletin de 19 h 30. Le directeur général par intérim veut mettre de nouveaux visages à l’écran. Cela afin d’attirer plus de téléspectateurs. Cette nouvelle fait actuellement grincer des dents à tous les niveaux. Pourtant, le choix de la nouvelle présentatrice du JT de 19 h 30 n’est pas si mauvais que cela, reconnaît-on... 

Retour à la case départ

Un ancien attaché de presse a fait son retour à la MBC comme journaliste. Son contrat n’ayant pas été renouvelé pour travailler au sein d’un ministère important, il est retourné à la télévision nationale où il avait commencé sa carrière de journaliste pour ensuite prendre un poste dans une radio privée. 

Un ratage qui agace

Un cadre d’une organisation privée se croit vraiment tout permis. Proche d’un ministre, il choisit ses prestataires en fonction de leur proximité avec le gouvernement. Une des compagnies qu’il a engagées avec le soutien de la directrice financière, n’a pas été à la hauteur. Alors qu’elle devait effectuer de la veille-média, elle a raté plusieurs articles, qui égratignent l’organisation, notamment un entretien donné à un hebdomadaire par un ancien ministre de l’Industrie. Ce manquement est mal perçu par le conseil d’administration. 

Rebranding

Alors que la MTPA s’efforce de mobiliser les énergies afin de repositionner l’industrie touristique, d’aucuns veulent lui faire porter l’échec du «Sus Island», qui, précise-t-on, ne relève pas du branding, et demeure le fait de la Tourism Authority, pas de la MTPA. Cela dit, il y a consensus pour ne pas s’égarer en querelles de chapelle afin de lutter collectivement pour sauver les milliers et milliers d’emplois liés au tourisme. Tant mieux. 

Schizophrénie ou COM ?

Kailesh Jagutpal semble améliorer ses techniques de communication, surtout pour ne pas répondre aux questions des journalistes jugées embarrassantes. À chaque fois qu’une question lui est posée sur la gestion de la pandémie dans les centres de santé, il dévie la question de sa propre responsabilité et celle de ses super conseillers vers le personnel hospitalier. Quand il défend ensuite le personnel des hôpitaux, en disant par exemple, «ils font de leur mieux», «ou il faut les comprendre», il pense pouvoir s’attirer leur sympathie et celle des fonctionnaires en général. Mais ceux-ci, ont compris comment séparer le langage du psychiatre de celui du ministre, qui sont deux personnes différentes. 

Mafia d’État ?

Les langues commencent à se délier au sein de la STC. Ainsi, suivant la démission du ministre du Commerce, les regards se braquent sur un cercle de hauts-fonctionnaires qui auraient facilité la paperasserie pour les fameux ‘Emergency Procurements’ de l’an dernier. Un député de l’opposition a d’ailleurs choisi de braquer l’attention sur un grand commis de l’État sans le nommer pour l’instant. Les fonctionnaires se la jouent profil bas pour le moment, surtout après les remarques du directeur de l’Audit. 

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x