Un Land Rover dédié pour le dernier voyage du prince Philip

Avec le soutien de
La Land Rover Defender qui doit transporter le cercueil du prince Philip d'Edimbourg lors de ses funérailles le 17 avril, photographiée le 14 avril 2021 au château de Windsor. afp.com - Steve Parsons

La Land Rover Defender qui doit transporter le cercueil du prince Philip d'Edimbourg lors de ses funérailles le 17 avril, photographiée le 14 avril 2021 au château de Windsor. afp.com - Steve Parsons

Lors de ses obsèques samedi, le prince Philip effectuera son dernier voyage à bord d'un 4X4 Land Rover dédié qu'il a participé à concevoir pendant plus de 16 ans et a été dévoilé jeudi.

Décédé vendredi dernier à l'âge de 99 ans, le prince Philip sera enterré au château de Windsor, à l'issue d'une cérémonie limitée à 30 personnes, en vertu des règles sanitaires en vigueur en Angleterre contre le coronavirus.

Seuls son épouse la reine Eizabeth II et la famille royale proche seront présents aux obsèques du duc d'Edimbourg, que les Britanniques sont appelés à suivre à la télévision plutôt qu'en se rendant à Windsor.

Parmi les volontés du prince Philip, l'utilisation d'un 4X4 Land Rover spécialement conçu pour conduire son cercueil du château à la chapelle Saint-George, quelques centaines de mètres plus loin.

Le Land Rover Defender, qui arbore une teinte spécifique de vert choyée par les militaires et le prince Philip, occupera une place centrale puisqu'il sera suivi à pied lors de la procession.

Le 4X4 modifié, dispose d'une partie arrière découverte où prendra place le cercueil du prince Philip, qui sera maintenu bien en place par arrêts métalliques spécialement conçus.

La reine, qui fête ses 95 ans le 21 avril, suivra à bord d'une Bentley.

Philip, qui a servi dans la marine pendant la Seconde Guerre mondiale, a toujours eu des liens étroits avec les forces armées tout au long de sa vie.

Le constructeur Land Rover, spécialiste des véhicules tout-terrain prisés sur les terrains de manoeuvres militaires que dans les campagnes britanniques, a travaillé avec le prince Philip dès 2003, année où l'austère véhicule à châssis long a quitté l'usine de Solihull, dans le centre de l'Angleterre.

Le duc d'Edimbourg, qui portait un intérêt marqué pour l'industrie britannique, l'ingénierie et le design, a fait les derniers ajustements en 2019.

Le Français Thierry Bolloré, qui dirige le groupe Jaguar Land Rover, a salué la «connaissance impressionnante» du prince Philip et son «intérêt profond pour le design automobile, la conception et la fabrication».

Le prince Philip était jusqu'au bout un passionné des Land Rover et a octroyé un mandat royal au constructeur il y a plus de 40 ans.

C'est d'ailleurs au volant d'un modèle de la marque, un Freelander, qu'en 2019 à l'âge de 97 ans, il a a eu un spectaculaire accident où la voiture s'est retournée non loin du domaine de Sandringham, dans l'est de l'Angleterre.

L'une des deux femmes qui se trouvaient à bord de l'autre véhicule impliqué a eu le poignet cassé, un bébé qui se trouvait à bord en est sorti indemne.

Après cet accident, le prince Philip avait selon le palais de Buckingham cessé de prendre le volant sur la voie publique et volontairement rendu son permis de conduire.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x