Aviation: Emirates Airline licenciera 10% de son personnel à Maurice

Avec le soutien de
La compagnie dubaïote a dû réduire sa masse d’employés dans le monde.

La compagnie dubaïote a dû réduire sa masse d’employés dans le monde.

La série noire recommence. La compagnie aérienne Emirates va licencier une partie de son personnel à Maurice pour raison économique. Ce dégraissage concerne 10 % de sa masse salariale qui est de 50 personnes. Ainsi, quatre à cinq personnes vont perdre leur emploi à cause de la situation économique et sanitaire causée par le Covid-19. 

Bien que le gouvernement ait mis des restrictions de licenciement pour raison économique ou structurelle, il y a des exceptions. En effet, selon les amendements à la Workers Rights Act, le secteur portuaire et celui de l’aviation peuvent être exemptés de ces restrictions avec l’aval du ministre du Travail. 

Emirates a écrit et obtenu récemment l’aval du ministre du Travail pour être exempté de l’interdiction de licenciement dont la période a été étendue du 1er janvier au 30 juin. Une fois l’aval du ministre obtenu, le ministère du Travail publie dans la Government Gazette le nom de l’entreprise qui a demandé une exception à la règle. Il a été donc confirmé dans la Government Gazette du 30 mars qu’Emirates Airline est exemptée de l’article 72 de la Workers Rights Act de 2019. 

Une fois l’autorisation de licencier obtenue, Emirates Airline a un délai pour déposer une demande de licenciement au Redundancy Board. Cette instance s’occupe des procédures de licenciement pour les entreprises ayant plus de 15 employés et un chiffre d’affaires de Rs 25 millions. Une fois la demande déposée, le Redundancy Board, présidé par l'ancien président de l'Employment Relations Tribunal Rashid Hossen, devra examiner le dossier. 

Selon un amendement apporté à la Covid-19 Miscellaneous Provisions Act de 2020, dans ce cas particulier, si le Redundancy Board est saisi, l’instance devra rendre une décision en 15 jours. Alors qu’en temps normal, les audiences peuvent se tenir durant 30 jours, voire au-delà. C’est la première fois qu’une compagnie dans le secteur de l’aviation fait une telle demande. 

Le Redundancy Board doit statuer si ce licenciement est justifié ou pas. Si c’est un licenciement justifié, l’employé aura un mois de préavis avec salaire. Puis, une indemnité de deux semaines par année de service. Au cas contraire, si c’est injustifié, le taux punitif entre en jeu, soit une indemnité de trois mois de salaire par année de service.

Les licenciements confirmés

«L’express» a sollicité Emirates Airline au sujet de ces licenciements. Selon la compagnie d’aviation, le Covid-19 a fortement impacté l’entreprise. «Le volume des opérations a grandement diminué. Cela prendra plus de temps avant de se remettre au même niveau qu’avant la pandémie. Il a été nécessaire de réduire notre masse salariale à travers le monde y compris à Maurice. La priorité, c’est la santé de nos collègues, de nos clients, mais aussi de réduire les coûts, augmenter les recettes et préserver les emplois dans la mesure du possible», a fait ressortir l’entreprise.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x