Eddy Armelle : il se promène avec Jouni Jouna pour l’éternité

Avec le soutien de
© Evelyne François

© Evelyne François

Parti pour le voyage éternel. Avec son tube Jouni Jouna sur l’épaule, Eddy Armelle «inn al vann vane». Les pieds devant, pour la promenade dont on ne revient pas. C’est peu avant sept heures ce matin du mardi 30 mars que l’interprète de ce tube de Cassiya, datant de 1994, a rendu l’âme.

La veille, il avait été admis à l’hôpital Jeetoo, “parce qu’il souffrait de douleurs au ventre”, confie son fils Donovan. Eddy Armelle avait 60 ans. Il avait aussi souffert des suites d’une longue maladie. Les funérailles ont eu lieu cet après-midi au cimetière St Georges.

Eddy Armelle, pêcheur de son état, c’est surtout une marée – haute comme basse - d’expériences musicales. Il était là au début de Cassiya. Sa chanson Jouni Jouna s’était retrouvée sur le tout premier album du groupe. Mais avant ça, Eddy Armelle vient d’une famille qui a le rythme dans la peau. Son frère Georges est un vétéran de la chanson locale, connu notamment pour le tube Angui la korde. Dans la famille, il y a aussi le neveu, Clarel Armelle, l’auteur de Ti Poket, entre autres, qui est un artiste connu.

© Evelyne François

Le goût de la musique, Eddy Armelle l’avait transmis à son fils Donovan. Devenu chanteur, mais aussi auteur-compositeur à son tour, c’est avec son père qu’il avait sorti l’album Soulier Tip Top en 2017. Un album de dix titres avec une reprise de Jouni Jouna. Comme un pied de nez à l’expérience Cassiya qui ne s’était pas entièrement bien terminée pour Eddy Armelle. Si la chanson Jouni Jouna avait fait un véritable tabac, son interprète était resté relativement dans l’ombre. Son fils Donovan disant seulement que son père avait quitté le groupe après 25 ans, suite à, «enn ti diskision. Mais Désiré François par la suite avait repris contact avec lui». Après avoir connu des sommets, grimper jusque sur la scène de l’Olympia à Paris, le groupe Cassiya (Alain Ramanisum avait alors déjà quitté la bande) s’était séparé en 2003, tout juste un mois avant de fêter ses 10 ans d’existence. Désiré Francois et Alain Lafleur gardant le nom du groupe et la voix emblématique qui y est associée.   

Eddy Armelle (en T-shirt rouge, debout, quatrième à partir de la gauche) pose avec des membres de Cassiya.© Evelyne François

Désiré François, se souvient : «Eddy et moi avons grandi ensemble dans la même cour à Cassis. Nous allions souvent pêcher. Il était de quelques années mon ainé. Quand mon papa chantait il l'accompagnait à la guitare. Je me souviens qu'il avait appris à jouer de la guitare avant moi. C'est lui qui m'a appris à jouer de cet instrument. Il était un bon ségatier. Jusqu'à tout dernièrement on jouait ensemble. Avec son départ je perds un frère".

Pour sa part, Alain Ramanisum témoigne : «j’ai commencé à jouer de la musique avec Eddy quand j’avais 14 ans. Notre route musicale a duré plus de 10 ans. C'est ensemble que nous avons pris pour la première fois l'avion pour Rodrigues. Puis nous avons joué ensemble dans des tournées à la Réunion et en Europe. C'est grâce à sa chanson Jouni Jouna que Cassiya a obtenu pour la première fois le disque de l'année. Même après, quand nous ne faisions plus partie de Cassiya nous avons gardé ce lien d'amitié. C'était quelqu'un qui connaissait bien mes parents". Nous présentons nos sincères condoléances à la famille endeuillée.  

 

 

 

 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x