L'express leaks du dimanche 14 mars au vendredi 19 mars 2021

Avec le soutien de

Des bruits de couloir, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ici ce que les autres vous cachent.

Publicité
Publicité

WAP : mystère !

Quelle pagaille que celle qui a marqué l’octroi des «Work Access Permits» (WAP) cette semaine ! Un comité au Prime Minister’s Office, avec à sa tête une équipe de «conseillers», donnerait l’aval, en collaboration avec la police. Cependant, il est clair que ce ne sont pas que des opérateurs engagés dans des services essentiels, qui ont obtenu le précieux sésame. Des livreurs de pizza et des employés de maison l’ont également reçu, au grand dam de «frontliners» incapables de circuler. Quels sont les véritables critères demandés ? Et surtout, qui a le dernier mot ?

Des policiers se sentent harcelés

Durant ce confinement, des policiers se disent «stressés» au point qu’ils subiraient un harcèlement moral. En effet, leurs supérieurs respectifs exigeraient un quota de contraventions par jour. Les chefs hiérarchiques ne seraient pas contents si le quota n’est pas atteint...

Un-ex rouge au PMO

Candidat du PTr en 2000 et 2014, mais battu à chaque fois, il se retrouve aujourd’hui parmi les conseillers au PMO. Pourtant son père et son oncle ont été ministres du PTr sous le «Primeministership» de sir Seewoosagur Ramgoolam. Des fidèles du MSM s’interrogent sur la raison de cette arrivée de l’ancien rouge au PMO et demandent qui sera le prochain «ancien adversaire» du parti, qui sera récompensé. 

MK Crew en deuil

«MK Crew lost four of its people in such a short time. RIP Claudia, Prescilla, Isabelle and Captain Slade. Prayers and thoughts to their family & friends. United by wings», est le triste message, qui circule parmi le personnel navigant d’Air Mauritius et sur les réseaux sociaux. Avec une précision utile par ces temps qui courent : «For all those who are asking, please note that their passing away is not related to Covid. Each of them happened from different situations.» 

Discrétion de la police

En cas d’urgence, et si on n’a pas de WAP, on peut tenter de passer un barrage policier si on a une raison solide, qui est assujettie à la discrétion de la police. Ainsi, aux Casernes, on raconte que parmi les raisons les plus évoquées, on retrouve : «mo paran malad, mo p al kit medsinn», «mo finn gagn menas de mor ar mo voisin, mo p al la polis», «mo p al donn manze bann sans-abri», «mo p al depann enn kamarad, so fam pe acouche la...», «mo ena enn 2e lakaz qui pe pran dife...» 

Piqûre de rappel ?

Après les points de presse quotidiens à la télévision, qui prennent de plus en plus des airs de meeting, les centres de vaccination sont envahis à leur tour par les politiciens. Au gymnase James Burty David à Trou-aux-Cerfs, les frontliners et autres membres du public qui se faisaient vacciner jeudi, ont été agacés par la présence du député Kenny Dhunoo et du maire Hans Marguerite. Les vaccinés se demandent ce qu’ils faisaient là-bas à part saluer les gens et surtout se faire remarquer. Ce qui irritait encore plus les vaccinés c’est de voir ces deux notables entrer et sortir constamment et cela, par la même porte alors que l’on devait utiliser des portes séparées pour entrer et sortir. «On ne nous laisse pas tranquilles même quand on se fait piquer!» 

Poster puis ‘Delete’

Un avocat a compris le jeu de ce récidiviste, qui poste des commentaires diffamatoires sur sa page avant de les effacer une trentaine de minutes plus tard. Ainsi, quand le cas est rapporté à la police, le post incriminé a déjà été enlevé. Toutefois, les ‘screenshots’ conservées sont des preuves sur lesquelles la Cybercrime Unit peut se baser pour recommander, après enquête, des poursuites sous l’article 46 de l’ICT Act. 

Patient zéro versus confinement

Désaccord entre des services gouvernementaux. Alors que certains estiment qu’il y a lieu d’expliquer au public pourquoi il s’avère difficile de retracer le patient zéro (au lieu, par exemple, de mettre en cause des emballages de fruits de chez Surat), d’autres considèrent qu’il ne faut pas en parler mais orienter le public vers une eventuelle extension du confinement et sur le Wage Assistance Scheme... 

Le pot du confinement

Un bureau pratiquement vide sur son lieu de travail semble être lendroit idéal pour prendre quelques verres. Il paraît qu’un ancien cadre d’un corps parapublic profite du confinement et du «Work access permit» pour prendre un pot avec sa garde rapprochée. Aujourd’hui cadre dans le secteur privé, il a ses protégés avec lesquels il peut aller fumer et boire. Depuis sa venue, plusieurs professionnels expérimentés ont préféré quitter le bateau. D’ailleurs, le courant ne passe pas entre lui et son président. Depuis quelques temps, il fait espionner des groupes WhatsApp après que des informations sur son comportement ont fuité dans la presse. 

Bracelets électroniques ?

Les autorités se penchent sur une proposition d’utiliser des bracelets électroniques pour s’assurer que les diplomates et les enfants respectent le ‘self-isolation’ au lieu de leur imposer une quarantaine souvent défaillante. «Instead of throwing money at Pack and Blister, they ought to be stocking electronic bracelets to enforce quarantine at home and at approved centers and not rely on police surveillance», fait ressortir la missive qui leur a été envoyée. 

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x