Contamination chez SKC Surat: «C'est le chaos total» dit le CEO

Avec le soutien de
L'accès aux locaux de SKC Surat a été restreinte.

L'accès aux locaux de SKC Surat a été restreinte.

Trois nouveaux cas locaux de Covid-19 ont été recensés hier, vendredi 5 mars. Ce qui interpelle la population, c’est de savoir comment ces personnes ont été contaminées alors que les patients n’ont eu aucun contact avec des gens sortis de quarantaine encore moins n’a voyagé ces dernières semaines. Au sein de l’entreprise qui l’emploie, SKC Surat, plusieurs questions surgissent.

C’est la nouvelle qui a retenu en haleine la population hier. Deux hommes de 44 ans et un troisième âgé de 24 ans, travaillant à SKC Surat, renommée pour l’importation de fruits et légumes, ont été diagnostiqués positifs au Covid-19. Or, le premier employé testé ne peut expliquer comment il a été contaminé. Celui que le ministère de la Santé dans son communiqué présente comme un cas de «contamination professionnelle probable» se trouve actuellement à l’hôpital ENT à Vacoas. 

À ce jour, l’on sait que cet homme a ressenti quelques symptômes comme la fièvre et s’est rendu dans un dispensaire. Une fois sur place, il a été envoyé vers l’hôpital Victoria où il a été examiné dans le Covid Centre. Une fois que ces examens se sont révélés positifs, il a été transféré à Vacoas. Quant à ses proches, ils ont été placés en quarantaine. À la suite de cette contamination, c’est toute son entreprise qui s’est trouvée chamboulée, et ce n’est pas le CEO de SKC Surat, Suren Surat, qui dira le contraire. «C’est un chaos total !», lâche d’emblée ce dernier. «Je comprends que le ministère n’arrive pas à donner beaucoup de détails car sans analyse, il est difficile de dire comment cela s’est produit.» 

Suren Surat ajoute que ni les fruits ni les produits frigorifiés ne peuvent contenir le coronavirus. «On suspecte que c’est dans les packagings. Les pommes, les raisins ou encore les kiwis arrivent dans des cartons. Les employés du ministère sont venus prendre des échantillons et maintenant on attend les résultats.» 

Par mesure de précaution, 262 employés de Surat SKC ont été placés en quarantaine. 90 sont à l'hôtel Le Récif, 80 sont au Mauricia Hôtel, et 90 autres à l'hôtel Ambre. Les patients, eux, sont dans les centres de traitement. 

Perte de 35 % du chiffre d’affaires 

Mais ce qui est le plus dur, avoue le CEO, c’est qu’actuellement l’entreprise ne roule pas sur l’or. «Depuis l’année dernière avec la fermeture des hôtels, nous avons perdu 35 % de notre chiffre d’affaires. C’est encore plus difficile avec le ‘Shipping’ qui prend plus de temps à arriver à Maurice. Avec la fête qui arrive (Maha Shivaratree), on s’attendait à faire un peu plus de vente, mais cela tombe mal.» Suren Surat explique que les employés transportent les cartons de fruits et les placent sur des palettes qui sont par la suite acheminées vers leur point de vente : supermarché ou chez les vendeurs. Il confie que quelque 300 employés ont subi des examens depuis hier matin. «Une partie des tests PCR se feront ce soir (NdlR : hier soir) et demain matin (NdlR : ce matin).» En attendant, le business reste fermé. 

Hier, le Premier ministre, Pravind Jugnauth qui s’est fait vacciner, a souligné que ce cas local démontre que malgré toute la protection faite autour de la population, personne n’est à 100 % sûr de ne pas attraper le virus. «Selon les renseignements que nous avons, c’est qu’il aurait eu contact avec les produits de l’importation. Des produits qui viennent de l’Afrique du Sud. Nous avons initié une enquête pour en savoir plus.» 

Se pose donc la question de l’importation. Ramalingum Maistry, Chairman de la Mauritius Ports Authority, déclare : «Ce sont les inspecteurs sanitaires qui s’occupent de la vérification et des contrôles des produits qui arrivent dans les conteneurs. Il faut demander au ministère de la Santé.» Et, au niveau de l’aéroport, Girish Appaya, responsable de communication à Airports of Mauritius Limited, dira que «le traitement des cargos par avion est pris en charge par l’importateur et les ground handlers, qui sont Air Mauritius et Ground2Air». 

Il faut dire que l’île a recensé quelques cas locaux depuis l’année dernière. Le 2 février dernier, un attendant travaillant dans un centre de traitement du Covid-19 a été testé positif. Le 25 janvier, trois autres personnes appartenant au personnel soignant de l’hôpital de Souillac ont été diagnostiquées positives après avoir eu contact avec un patient positif. Et le 12 novembre dernier, un jeune âgé de 29 ans, a été contaminé par son père de 60 ans.

Combien de temps vit le virus ? 

L’autre question qui se pose est le temps de vie du virus à l’air libre. Le Dr Deoraj Caussy explique que ce coronavirus peut vivre plus de 72 heures sur une surface sèche comme le carton ou le plastique. Suspendu dans l’air, il peut rester 24 heures. «Mais il en faut une grande concentration pour qu’une personne soit infectée», précise-t-il. Et la température ? «Le virus peut survivre dans le froid. Cela l’aide d’ailleurs», répond le Dr Nand Pyndiah.

Publicité
Publicité

Le jeudi 31 mars, c’est Maneesh Gobin qui s’est chargé d’annoncer que le confinement sera prolongé jusqu’au 30 avril mais qu’il y aura une reprise partielle de certaines activités. Comment les Mauriciens vivent-ils cette situation sanitaire? Retrouvez tous nos articles dans ce dossier.


Le mardi 9 mars 2021 vers 21 heures, le Premier ministre a prononcé une allocution télévisée pour annoncer un confinement national du 10 au 25 mars. Une annonce qui rappelle celle de l’année dernière. Le 19 mars 2020, Pravind Jugnauth avait décrété un confinement national à partir du lendemain.  

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x