Affaire Fakhoo: «Échange» entre un suspect et un policier, entrave à la justice ?

Avec le soutien de
Saif Sadullah a été incriminé par des images CCTV de la nuit de l’assassinat de Manan Fakhoo. Un policier risque d’être accusé de &

Saif Sadullah a été incriminé par des images CCTV de la nuit de l’assassinat de Manan Fakhoo. Un policier risque d’être accusé de &

Un policier risque d’être accusé de «perverting the course of justice» après qu’une bande audio d’une conversation entre lui et un suspect dans l’affaire Fakhoo a fait surface…

L’express a mis la main sur l’enregistrement d’une conversation présumée entre un enquêteur qui serait affecté à la Criminal Investigation Division (CID) de Beau-Bassin et Saif Samah Sadullah, un des suspects dans l’affaire Fakhoo, avant son arrestation. On entend l’enquêteur dire qu’il a de l’estime pour le suspect et son père et avancer qu’il risque sa carrière pour le mettre en garde contre son cousin, Multazaam Aboo Samah Sadulla, 26 ans.

Selon le policier, ce dernier, soupçonné d’avoir comploté avec d’autres personnes pour assassiner Manan Fakhoo dans la nuit du 20 janvier 2021, à Beau-Bassin, se servirait de Saif Sadullah comme alibi. Mais la question que nous nous posons est : que risque ce policier qui aurait communiqué avec le suspect ou qui aurait révélé des détails de l’enquête, avant que le jeune homme ne soit arrêté ? 

«Tu risques 30 ans de prison si jamais ton cousin (NdlR : Multazaam Aboo Samah Sadulla) décide de tout dire et de t’incriminer… To kouzin fini mayé é li péna sorti. To pa trouvé li pé servi twa ? On a des informations qu’il est directement impliqué… gete pou twa et to lavenir», peut-on entendre sur l’enregistrement. Il l’aurait même mis au courant de la version des faits fournie par Multazaam Aboo Samah Sadulla. «Li pé dir zamé linn démann twa laklé… Li dir li ti lakaz é linn tann 2, 3 kout bal ek linn ré-rantré apré… Si demin li komans kozé li dir to okouran, 30 an prizon to pou alé karé-karé…» 

Les avocats, qui sont aussi en possession de cette bande sonore, estiment, pour leur part, que le policier en question tenterait plutôt d’influencer ou de manipuler le suspect pour que celui-ci dénonce Multazaam Aboo Samah Sadulla. Toujours est-il, selon nos indications, que les hommes de loi comptent utiliser cet enregistrement dans le cas d’un procès ou si le Directeur des poursuites publiques décide de commencer une enquête préliminaire pour faire la lumière sur les circonstances de la mort de Manan Fakhoo. 

Tandis que Multazaam Aboo Samah Sadulla fait l’objet d’une accusation provisoire de complicité, Saif Sadullah a, lui, été incriminé le 24 février, après que des images de CCTV ont révélé que quatre suspects, dont lui-même, à bord d’une fourgonnette, ont fait à deux reprises, en même temps que la moto suspectée, le tour des environs de la maison de la victime, à Beau-Bassin, vers 9 h 30 le 19 janvier, soit la veille de la fusillade mortelle de Manan Fakhoo. Évoquant la convocation de ses deux autres cousins, Saif Sadullah a avancé dans cette même conversation téléphonique que les deux auraient été victimes de brutalité policière au siège de la Major Crimes Investigation Team. Le policier lui aurait dit : «To ti pou pas ladan twa osi, mo’nn fer twa vinn Beau-Bassin.» Multazaam Sadulla est représenté par Mes Nabiil Shamtally et Narghis Bundhun, Senior Counsel. 

L’express a sollicité un préposé des Casernes centrales qui nous indique que si la recevabilité et la véracité de l’enregistrement sont établies, le policier en question risque d’être accusé de perverting the course of justice. «Un enquêteur a le droit, en général, d’appeler un suspect pour le convoquer au téléphone certes. Mais communiquer avec un suspect pourl’influencer ou, en d’autres termes, lui dicter ce qu’il doit dire ou qui incriminer dans l’enquête, est contraire aux standing orders.» Il poursuit : «D’autant plus qu’un enquêteur ne peut en aucun cas s’ingérer dans une enquête en cours ou manipuler le suspect ou essayer de trouver un arrangement ou encore parler de l’enquête en l’absence de son avocat.» Une autre source nous révèle que, si le suspect se sent lésé, il doit se plaindre à la cour à sa prochaine comparution.

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x