Attouchements sur un collégien: un enseignant libéré sous caution

Avec le soutien de
Le quinquagénaire devra se présenter au poste de police de Piton deux fois par semaine.

Le quinquagénaire devra se présenter au poste de police de Piton deux fois par semaine.

Il est soupçonné d’attentat à la pudeur sur un collégien de 14 ans. Un enseignant en Economics et Business Studies, dans un collège privé du Nord, âgé de 52 ans, a comparu devant le tribunal de Pamplemousses, lundi 22 février. Une accusation provisoire de «causing harm to child» a été logée contre lui.

Le quinquagénaire a retrouvé la liberté conditionnelle après avoir fourni une caution de Rs 25 000 et signé une reconnaissance de dettes de Rs 100 000. Il devra aussi se présenté au poste de police de Piton deux fois par semaine pour attester de sa présence.

Lors de son interrogatoire, il a réfuté les allégations faites contre lui. Il est défendu par Me Manoj Soogary. 

Refus d’aller à l’école

Le 17 février, l’élève domicilié avait porté plainte contre l’enseignant. L’enfant de Grade 9 a relaté aux enquêteurs qu’un enseignant lui aurait proposé de lui donner des leçons particulières en Economics gratuitement en août dernier. Le collégien qui ne suit pas les classes avec lui a ainsi accepté.

Depuis le mois de septembre l’adolescent, a commencé les leçons. Le plaignant se rendait au domicile de l’enseignant les samedis ou dimanche. Mais, durant la troisième séance, le mineur confie que le professeur se serait livré à des attouchements sur sa personne.

Lorsqu’il est parti la quatrième fois, l’enseignant lui aurait remis des présents et aurait à nouveau commis des attouchements sur lui. L’enfant explique qu’il a ordonné au professeur d’arrêter et s’est enfuit. Depuis, il n’y est plus retourné. Le jeune a confié aux enquêteurs qu’il n’a raconté cela à personne car il était traumatisé et perturbé. 

Selon la mère, son fils qui ne voulait plus mettre les pieds à l’école depuis janvier, s’était renfermé sur lui et était devenu incontrôlable. Elle a dû faire appel à la Child Development Unit (CDU) qui a pris en charge l’adolescent.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x