Meurtre d’un nouveau-né à Rodrigues: un pêcheur se voit refuser la liberté conditionnelle

Avec le soutien de

Il a été placé en état d’arrestation en décembre 2020 pour le meurtre d’un nouveau-né et pratiquement deux mois après, cet habitant de Rodrigues réclame la liberté devant le tribunal de la région.

Selon l’acte d’accusation, le suspect aurait agi de connivence avec Marie Nadiese Collet pour jeter le bébé, vivant, de cette dernière dans les bois à Rodrigues. La police a par la suite procédé à l’arrestation de la mère qui a dénoncé son ex-concubin, en l’occurrence Jean Joachim Roussety, comme étant celui qui a commis cet acte irréparable.

Arrêté le 16 décembre 2020, le pêcheur souhaite recouvrer la liberté mais l’enquêteur Lisette soutient en Cour que ce dernier qui vivait en concubinage avec la principale suspecte, aurait menacé de violer sa fille si elle décide de tout dévoiler à la police. De ce fait, il explique que le risque d’ingérence auprès du seul témoin (accusée également) que dispose la police, est présent.

«C’est un délit sérieux concernant le meurtre d’un enfant nouveau-né et une accusation formelle pourrait être déposée aux Assises et si reconnu coupable, il risque une lourde peine d’emprisonnement,» a expliqué l’enquêteur.

Ainsi, le magistrat Rishi Hardowar a le 4 février pris en considération le fait que Jean Joachim Roussety n’a pas de place fixe pour résider ni de lien familial. Ce qui fait qu’il n’a rien à perdre s’il prenne la fuite de Rodrigues.

Pour toutes ces raisons, le magistrat Hardowar a statué que le suspect reste en détention.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x