Projet immobilier à Rivière-Noire: «Nous ne voulons en aucun cas dénaturer la montagne»

Avec le soutien de
La photo montrant une partie de l’espace vert rasée a créé l’émoi sur la toile.

  La photo montrant une partie de l’espace vert rasée a créé l’émoi sur la toile.  

La Tourelle a changé de figure. Pour cause, un promoteur immobilier a décidé d’entamer un projet immobilier sur le flanc de cette montagne, et une partie de l’espace vert a été rasée, mise à nu. Face aux critiques des habitants, le directeur du groupe MJ Développement s’explique sur le projet Legend Hill.

Depuis quelque temps, les habitants de Rivière-Noire et de Tamarin suivent de près la situation. Hier, ceux se rendant au supermarché London Way se trouvant à quelques kilomètres de La Tourelle ralentissent le pas pour observer de près les travaux. Alors que certains que nous avons approchés n’ont pas souhaité s’exprimer sur le sujet, d’autres font comprendre qu’ils sont contre ce projet de construction. Jean-Daniel Toulouse, un habitant de Rivière-Noire est déçu. «Ils détruisent l’environnement. C’est inacceptable de permettre de tels projets. Le gouvernement ne devrait pas donner de permis pour ce type deconstruction», s’exprimet-il. «Pli alé zot pu ale pli lao.»

 Chantal, qui vit à Tamarin et dont la vue de sa chambre à coucher donne sur la montagne, parle quant à elle de désastre. Tout comme JeanDaniel Toulouse, elle ne comprend pas comment l’État a accepté d’autoriser une telle démarche. «Ce n’est pas normal, on n’aurait pas dû donner de permis.» Plus loin, un Sud-africain qui s’est installé à Rivière Noire il y a un an et demi se demande comment feront les résidents en temps de cyclone. «Ils construisent de plus en plus haut et détruisent l’environnement.» Une autre habitante de Rivière-Noire qui travaille dans un des appartements existant sur le flanc de la montagne raconte quant à elle que des singes envahissent les propriétés. «Ils entrent dans les maisons et font fuir les enfants sur l’aire de jeux !» Contacté afin de savoir si d’autres projets de développement de ce type sont en cours sur la montagne, le président du village, Ludovic Labeauté répond que le Legend Hill est le seul projet en cours.

Les protestations des habitants sont en effet arrivées aux oreilles de Michaël Ruel, directeur du groupe MJ Développement, promoteur immobilier du projet, et se trouvant actuellement au siège social de la compagnie en France. Celui-ci dit être conscient de la «violence visuelle» du chantier et des questionnements des habitants, malgré la précaution qu’ils ont prise de s’entourer des meilleurs architectes, bureau d’études d’infrastructures, Project manager et paysagiste entre autres du pays. «Nous sommes très attachés à la région de Rivière-Noire et nous ne voulons en aucun cas dénaturer cette montagne.»

Architecture légère et douce

 Le site dans son ensemble fait 20 arpents. Cependant, l’immobilier sera construit sur seulement neuf arpents et le reste des arpents gardera son authenticité. Le projet Legend Hill comportera 23 villas sur quatre rangées sur la partie haute du terrain, quatre blocs d’appartements sur la partie basse, un bâtiment accueillant un restaurant gastronomique qui sera géré par un chef étoilé français et un autre bistronomique, destiné à la cuisine mauricienne. On y comptera également un espace spa et fitness. Une partie du projet consistera à la gestion locative en l’absence des résidents.

Ce nouveau projet serait donc une réalisation très travaillée avec l’assistance des consultants de renom du pays. De plus, le paysagiste s’est beaucoup attardé sur les problèmes liés à la pluie et autres imprévus. «Notre objectif commun avec les architectes et toute l’équipe du projet est, qu’à terme, ce site soit intégré le plus possible à la montagne avec des villas soutenues sur des pilotis, une végétation luxuriante qu’il est prévu qu’un paysage replante, des murs de soutènement noyés dans la végétation, une belle architecture qui se veut légère et douce.»

Le projet a nécessité plusieurs procédures. Les promoteurs ont été contraints d’attendre plus d’un an et demi avant d’obtenir le permis Environment Impact Assessment. En vue de l’emplacement du futur immobilier, le ministère de l’Environnement s’est beaucoup attardé sur la question de drainage. Selon Michaël Ruel, tous les Building and Land Use Permits leur ont été remis entre septembre 2019 et janvier 2021. Les travaux ont débuté vers la fin de mai 2020.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x