Chèque en bois: le procès contre Rocky Boodhoo renvoyé au 16 février

Avec le soutien de
Rocky Boodhoo était au tribunal de Curepipe ce mardi 26 janvier.

Rocky Boodhoo était au tribunal de Curepipe ce mardi 26 janvier.

Ce directeur de Clear Ocean Hotel and Resort à Pomponnette est pointé du doigt par des investisseurs sud-africains qui ont placé toutes leurs économies dans ce défunt projet d’hôtel. 

En attendant que Rocky Boodhoo et Miranda Meyer soient amenés devant la justice sud-africaine ou mauricienne, une autre affaire a rattrapé Rocky Boodhoo. 

Malgré tous ces millions reçus des sud-africains, la compagnie avait «emprunté», dit-on, de l’argent à un Français résidant à Maurice pour régler supposément le loyer d’un bureau à Ebène. Et malgré de nombreuses relances, le Français n’a pas été remboursé. 

Rs 3 millions

Pour calmer le créancier, Rocky Boodhoo lui a remis un chèque de Rs 3 millons, mais qui n’était pas provisionné. Ainsi, le directeur d’hôtel a été poursuivi en cour pour émission de chèque sans provision. 

Appelé au tribunal de Curepipe ce mardi 15 janvier, le procès a été renvoyé au 16 février en raison de l’absence du Français du pays. 

Pour rappel, Rocky Boodhoo est celui qui se vantait auprès des investisseurs sud-africains de côtoyer des ministres et c’est lui qui insistait auprès de ces derniers pour que Soopramanien Kistnen soit payé pour les barrières construites autour du terrain. En fait, il semble que Kistnen avait été utilisé pour soutirer de l’argent de ces Sud-Africains et pour contourner le contrôle de changes dans ce pays. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x