Robert Geonzon Secuya, Second Officer: «Le capitaine du Wakashio a changé les points de navigation pour le wifi»

Avec le soutien de
Entendu par la cour d’investigation ce mercredi 20 janvier 2021, Robert Geonzon Secuya, le Second Officer du MV Wakashio, soutient que le capitaine a changé le plan de navigation.

Entendu par la cour d’investigation ce mercredi 20 janvier 2021, Robert Geonzon Secuya, le Second Officer du MV Wakashio, soutient que le capitaine a changé le plan de navigation.

Que de révélations à la seconde audience de la cour d’investigation ce mercredi 20 janvier 2021. Appelé à la barre à l’ancienne Cour suprême, Robert Geonzon Secuya, Second Officer du MV Wakashio, a expliqué pendant deux heures dans quelles circonstances la trajectoire du vraquier a été changée pour passer près des côtes mauriciennes.

Selon lui, le point de navigation initial a été modifiée le 23 juillet 2020 par le capitaine Sunil Kumar Nandeshwar, afin qu’il puisse capter une connexion Internet. Est-ce une pratique courante de changer la trajectoire à cause de l’Internet ? C’est ce qu’a voulu savoir le représentant du bureau de l’Attorney General, Me Rajcoomar Baungally. « Non ce n’est pas normal. Mais notre carte SIM AIS ne fonctionne pas à Maurice », a-t-il répondu.

Robert Geonzon Secuya a expliqué qu’il avait la responsabilité de préparer le plan de navigation pour les destinations allant de Singapour jusqu’au Brésil après le départ de la Chine. Cependant, il a précisé que c’est le capitaine qui a fait des changements.  « Dans mon plan, j’avais proposé la navigation au nord de Maurice. Mais quand on était en Chine, il m’a dit qu’il va changer pour passer vers le sud. Le capitaine a refusé de passer par le nord. Seul lui peut prendre cette décision. C’était lui qui était aux commandes. Il avait peur des pirates », a-t-il mentionné lors de l’audience.

Par conséquent, le plan révisé poussait le vraquier vers Maurice alors que selon Robert Geonzon Secuya, avec le sien, le vraquier était à environ 20 milles nautiques de nos côtes. « Avez-vous discuté avec le capitaine pour lui dire que ce n’était pas prudent de naviguer près des côtes ? », a alors rétorqué Me Rajcoomar Baungally. « Le capitaine a dit qu’il pouvait gérer. Il était confiant », devait répondre le Second Officer du MV Wakashio.

Publicité
Publicité

Le 26 juillet, les habitants de Pointe d’Esny se réveillent avec une triste image: l’épave du MV Wakashio drossée sur les récifs. Le navire japonais battant pavillon panaméen s’est échoué la nuit précédente. 12 jours après, il déverse son contenu dans nos lagons, causant une marée noire. Sans perdre de temps, les Mauriciens, main dans la main, s’activent pour limiter les dégâts. Retour sur la pire catastrophe écologique du pays…

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x