Accidents: mauvais départ

Avec le soutien de
[Photo D'illustration]

[Photo D'illustration]

En une semaine, pas moins de trois personnes ont perdu la vie dans des accidents de la route. À vendredi soir, sept accidents fatals avaient été enregistrés depuis le début de 2021. Et sept personnes ont trouvé la mort… Deux autres, impliquées dans des accidents survenus en décembre 2020, n’ont elles aussi pas survécu. Derrière ces tragédies, ces vies fauchées, des rêves brisés, des familles inconsolables… Et des questions, encore et toujours...

Sept accidents, sept victimes. Contre deux accidents et trois victimes à la même période, l’année dernière. C’est le bilan meurtrier de ce début 2021. Encore des drames, où des familles ont perdu ceux qu’elles aimaient dans des circonstances tragiques, souvent atroces. Une situation qui effraie et qui s’annonce mal, selon les autorités, si les mentalités ne changent pas. «Il y a toujours un manque de discipline sur les routes, les gens font de moins en moins attention, la courtoisie est un vain mot, tout comme la prudence», insiste un policier de la Traffic Branch.

Alain Jeannot, porte-parole de l’ONG Prévention routière avant tout, abonde dans le même sens. Et ajoute que «[nous] avons observé que le début de chaque année est une période particulièrement meurtrière». La période festive, du 20 décembre au 8 janvier, est le moment où l’on comptabilise souvent le plus grand nombre d’accidents. Fatals ou pas.

N’empêche, alors que 2021 démarre à peine, les chiffres démontrent d’ores et déjà que le nombre d’accidents s’annonce plus élevé qu'en 2020. Pourquoi ? Comment ? Selon Alain Jeannot, les causes sont les mêmes : nombre conséquent de véhicules sur les routes, piétons âgés, plus de deux-roues, entre autres coupables. Ajoutez à cela l’imprudence. «Il faut également savoir que ceux qui pilotent des deux-roues sont toujours les plus vulnérables, étant plus impliqués, comme chaque année, dans des accidents fatals. D’ailleurs, 40 % des ‘véhicules’ sur les routes sont des deux-roues, c’est énorme pour une population comme la nôtre. Il faut trouver un moyen de limiter le nombre de motos en circulation. Il faut d’abord commanditer une étude pour savoir pourquoi les gens préfèrent utiliser les deux-roues, plutôt que d’emprunter les transports en commun, par exemple…»

Les motos sont le plus souvent impliquées dans des accidents, confirme l’inspecteur Shiva Coothen, du Police Press Office. Et les chiffres sont parlants. «Depuis le début de l’année, sur les sept personnes décédées, on compte trois motocyclistes, deux piétons et deux automobilistes.»

Comment contrôler la situation ? Il n’y a pas de solution miracle : les usagers de la route doivent tout bonnement faire preuve de discipline, ne pas rouler n’importe comment, respecter la loi sur la consommation d’alcool, voire de drogue. On aura beau le répéter, cela passe par la sensibilisation.

Alain Jeannot ajoute que les jeunes et les séniors sont ceux qui doivent être visés en particulier. Pour cause. «50 % de ceux qui sont concernés par des accidents de la route sont des jeunes, alors qu’ils représentent seulement 22 % de la population. Il est important de les sensibiliser dès les bancs de l’école. Deuxièmement, il y a de nombreuses personnes âgées qui sont victimes d’accidents, environ 60 %. Il faut les préparer et leur faire comprendre qu’elles sont vulnérables.»

Vies fauchées, coeurs brisés

Adriano avait 19 ans… Ses proches le pleurent.

Et ils ne comprennent pas sa disparition subite. Adriano Charlot, habitant de Grande-Rivière-Sud-Est, 19 ans, a rendu l’âme le samedi 9 janvier. Ce jeune homme était au volant de la voiture d’un proche lorsqu’il en a perdu le contrôle et le véhicule a percuté un arbre dans la région. L’accident s’est produit le 3 janvier. Ce jour-là, il voulait aller faire une virée avec ses cousins de 13, 16 et 20 ans. Sa tante de 47 ans raconte que c’est l’adolescent de 16 ans qui a averti les familles.

«Il a pu porter secours à son cousin de 13 ans alors que mon fils de 20 ans s’est retrouvé, lui, coincé sous le siège», raconte-t-elle. «Garson-la inn telefonn so mama pu dir inn arriv aksidan. So mama inn pas mwa telefonn. Li dir mwa : ‘Matant inn arriv enn accident grave, telefonn lambilans.’ Ek sa zanfan 16 an-la inn deza perdi so papa dan aksidan li osi. Nu finn telefonn lambilans ek noun al sirplas vite», relate la quadragénaire. Adriano Charlot est décrit par ses proches comme un jeune homme très mûr pour son âge et très serviable. Il rêvait d’avoir un jour sa propre voiture. Il était très connu dans sa localité, où il faisait du volontariat. «Rest in peace frer Adriano Charlot. Enn frer kinn bien donn kudme pandan sak selebrasyon Maha Shivaratree», écrivent les membres du Lingadhyaksha group de Camp-Pêcheurs, Grande-Rivière-Sud-Est sur leur page Facebook.

Le papa de Dervin venait de lui offrir une voiture pour Noël

Dervin Mootoosamy, 19 ans, un habitant de Rose-Hill, qui était un passionné de mécanique, ne célébrera pas non plus ses 20 ans. Le jeune homme, qui travaillait comme mécanicien pour une firme privée, a été victime d’un accident mortel à Beau-Bassin, le 14 janvier. La voiture conduite par Dervin Mootoosamy se dirigeait vers Rose-Hill lorsqu’elle est entrée en collision avec une autre venant en sens inverse. Un troisième véhicule a également été impliqué dans l’accident. Selon ses proches, Dervin Mootoosamy aspirait un jour à avoir son propre garage. La victime est le fils de notre collègue, Selven Mootosamy, affecté au département clicherie de La Sentinelle Ltée. Son père venait de lui offrir cette voiture pour la fête de Noël. Dervin Mootoosamy était enfant unique.

Asick décède alors qu’il se rend au travail

Asick Meharally, un maçon de 53 ans habitant de Rivière-du-Rempart, se rendait au travail lorsqu’il a été renversé, à Roches-Noires, par une fourgonnette conduite par Jean François René, 27 ans, un habitant de Trou-d’Eau-Douce. L’accident a eu lieu le lundi 11 janvier. Une fois sur place, le médecin du Service d’aide médicale d’urgence a constaté que le quinquagénaire avait déjà rendu l’âme. L’autopsie a conclu qu’Asick Meharally est décédé des suites de multiples blessures. Quant au conducteur de la fourgonnette, qui venait de déposer des employés dans un hôtel de la région, il a été testé positif à l’alcootest. Jean François René est déjà en liberté conditionnelle. Il avait été arrêté en 2019 à la suite d’un délit de fuite à Beau-Rivage. Il avait heurté un motocycliste de 55 ans et ne s’était pas arrêté pour lui porter secours…

Beharee, fauché par un autobus

Fin tragique pour Beharee Bolah, 79 ans. Cet habitant de D’Épinay a été heurté par un autobus, le lundi 11 janvier, vers 12 h 30, à la gare du Nord. Selon un témoin de la scène, le septuagénaire traversait la route et se trouvait près d’une main courante lorsque l’arrière de l’autobus, qui venait de démarrer, l’a balayé. La police de Trou-Fanfaron a ouvert une enquête pour faire la lumière sur ce drame.

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x