Licenciement des employés de Cash & Carry: séance préliminaire devant le Redundancy Board

Avec le soutien de
Les employés de Cash & Carry était au Redundancy Board, dans le bâtiment du ministère du Travail, ce jeudi 14 janvier.

Les employés de Cash & Carry était au Redundancy Board, dans le bâtiment du ministère du Travail, ce jeudi 14 janvier.

L’affaire opposant les employés qui ont été licenciés par l’incontournable revendeur d’électronique et de «produits blancs», Cash && Carry, à leur employeur, a été appelée ce jeudi 14 janvier devant le Redundancy Board. Ces employés qui comptent plusieurs années de service demandent que leurs salaires pendant une période de trois mois leur soient versés.

Me Assad Peeroo, représentant ces travailleurs, a présenté une motion dans laquelle il demande que les employés de ces cinq sociétés différentes notamment Cash and Discount Ltd, Computer and Office Gallery Ltd, Discount Point Ltd, Electron Ltd et Discount Hyper Stores Ltd, soient représentées par un individu comme le prévoit la Workers’ Rights Act. «Nous sommes à un stade préliminaire et l’affaire n’a pas encore été entendue sur le fond devant le président Rashid Hossen. Une date sera fixée ultérieurement», précise l’homme de loi.

Par ailleurs, au niveau du ministère du Travail, on nous confirme que les salaires et le boni de fin d’année des employés ont été réglés. Sauf pour les indemnités par rapport à leurs années de service. 

Pour rappel, Cash & Carry Ltd a été mise sous administration volontaire en novembre 2020. Suite à sa liquidation, le mois dernier, 250 employés ont été laissés sur le pavé. La société a été impactée par le Covid-19 et a connu par une baisse de vente. Ceci, bien que la société ait bénéficié du Wage Assistance Scheme durant le confinement.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x