Produits de consommation : flambée des prix de 10 %

Avec le soutien de
Les produits en conserve en provenance de Chine coûteront plus cher aux consommateurs selon les importateurs.

Les produits en conserve en provenance de Chine coûteront plus cher aux consommateurs selon les importateurs.

La pénurie des conteneurs, couplée à la hausse du fret et l’appréciation des devises, pèsera lourd sur le panier de la ménagère. En effet, les produits de consommation coûtent plus cher. Globalement, cela implique une majoration de 10 % à venir. Quels produits seront les plus affectés ? Quelles pistes pour y remédier ?

«Il y a actuellement une pénurie des containers sur le marché asiatique, notamment en Inde et en Chine. En fait, avec les différents confinements, pas mal de ces dispositifs prennent plus de temps pour atteindre leur destination», constate un représentant de Scott Co Ltd. Par ricochet, ce manque de containers impacte sur les prix, précise-t-il. «De par nos stocks actuels, cela ne nous impacte pas à ce stade. Mais en les renouvelant sur ce marché-là, forcément, s’il y a une hausse dans le fret, cela va se répercuter sur les prix.»

Pour Muryoodeen Fauzee, directeur de Dreamprice, pratiquement tous les produits importés sont plus chers. Et d’autres hausses sont inévitables. «Le fret maritime est passé de 800 dollars américains pour atteindre la barre des 3 000», explique-t-il. Résultat : une augmentation de 10 % est estimée sur les produits de consommation, voire plus sur ceux en provenance de Chine.

Quelles denrées seront les plus touchées ? Les fromages et les aliments en conserve tels que le maïs, le champignon entre autres seront concernés, répond-il. À chaque débarquement par bateau, l’augmentation est progressive, mentionne-t-il. La situation empire pour certains pays comme l’Inde où les importateurs peinent à trouver la moindre embarcation. D’après d’autres interlocuteurs, le prix du riz ne devrait pas augmenter immédiatement comme ces derniers avaient déjà renfloué leur approvisionnement.

Fret majoré

De son côté, Jean-Marc Sik Yuen, directeur du supermarché Sik Yuen Way, désigne également une hausse d’environ 10 %. «On avait fait des arrivages en provenance d’Australie en décembre 2020. Désormais, le fret par avion coûte cinq à six fois plus cher. Même les frais par voie maritime sont très élevés.»

Ainsi, explique-t-il, le lait, qui se paie en euro à l’importation, coûte plus cher. Idem pour le camembert, habituellement importé par voie maritime. Comme les délais sont plus longs pour arriver à destination, le processus par avion est encore plus onéreux, ce qui se répercute sur le prix à la consommation. «C’est à nous, fournisseurs et importateurs de voir quelles importations stopper. C’est trop cher. On n’a vraiment pas le choix», ajoute-t-il.

Pour Suttyadeo Tengur, président de l’Association pour la protection de l’environnement et des consommateurs, la majoration du fret et l’appréciation des devises constituent deux facteurs externes difficiles à contrôler. Mais localement, certaines mesures peuvent assainir la situation, suggère-t-il. «Il faut pousser la compétition car avec plus d’opérateurs sur le marché, ceux-ci diminueront leur mark-up. Le contrôle des prix n’est pas une solution dans une telle situation. Cela fonctionnerait plus en cas extrême, comme une période de guerre, etc.», affirme-t-il.

Deuxièmement, notre interlocuteur soutient qu’il faut encourager le commerce dans des pays où les devises sont moins élevées. Il cite notamment Singapour et l’Inde. Avec la vaccination et une stabilisation des frais de transport pour les importations, les prix sur l’économie mondiale et locale devraient se stabiliser, espère-t-il.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x