Petite rentrée souple pour les écoliers, ratée par des Agaléens

Avec le soutien de
Shaoud dit faire de son mieux pour accompagner son fils, à l’école comme dans son parcours académique.

Shaoud dit faire de son mieux pour accompagner son fils, à l’école comme dans son parcours académique.

Élèves du pré-primaire, primaire et secondaire ont repris le chemin de l’école, hier, jeudi 7 janvier, après environ trois semaines de congé. Bien qu’exceptionnellement cette année débute par le troisième trimestre, la reprise s’est faite en toute tranquillité. Des parents témoignent.

Cyndia Carver, mère de deux filles, Kelianna, 6 ans, et Kaëlys, 2 ans et demi, est soulagée. Hier matin, les préparatifs se sont déroulés dans le calme. Elle était toutefois inquiète pour la benjamine, Kaëlys, qui a fait ses tout premiers pas au pré-primaire, plus précisément à l’école Flying Birds, à Quatre-Bornes. L’aînée, Kelianna, fait, quant à elle, sa scolarité à l’école primaire Louis Nellan. «Ça s’est bien passé. Je pensais que Kaëlys allait verser quelques larmes mais elle était très contente de se rendre à l’école», nous confie-t-elle. C’est, d’ailleurs, en famille qu’ils sont partis la déposer pour sa première journée à l’école.

Hier matin, au portail de l’école primaire Raoul Rivet, à Port-Louis, des parents disent un dernier au revoir aux écoliers. Ali Joomum est venu déposer son fils sur sa motocyclette. «Il est en Grade 1, donc il n’est pas réellement conscient que cette reprise sort de l’ordinaire», nous fait-il comprendre. «Pour lui, c’est une rentrée comme les autres et nous n’avons pas eu de difficultés à l’encourager pour ce troisième trimestre.»

Un autre père de famille, Shaoud, dit faire de son mieux pour aider son enfant à s’habituer à ce changement dans le calendrier scolaire. «C’est le dernier trimestre et il nous reste peu de temps avant les examens. Donc je fais de mon mieux pour accompagner et motiver mon enfant.»

Par ailleurs, la forte présence policière n’a pas semblé poser de problèmes majeurs à la reprise des classes dans la capitale.

Des Agaléens ratent la rentrée scolaire

Ils sont huit, âgés de 15 ans à monter, à n’avoir pu arriver à Maurice à temps pour la reprise scolaire. «Ils devaient monter à bord d’un bateau durant la semaine, mais cela n’a pas pu se faire. De ce fait, on nous demande d’attendre jusqu’au 18 janvier», nous confie un parent. «Ces enfants sont actuellement en Grade 10 et 11. Comment est-ce qu’ils prendront part aux examens s’ils commencent leur troisième trimestre avec un tel retard ?» «Selon les autorités, c’est à bord du MV Trochetia, dans presque dix jours, que ces jeunes pourront se déplacer pour leurs études», indique un des parents.

Ces derniers, qui n’acceptent guère que leurs enfants soient pénalisés, auraient demandé qu’ils viennent à Maurice par le Dornier. «Ils nous ont fait comprendre que le Dornier est seulement à disposition en cas d’urgence», explique le parent. «En arrivant à Maurice aussi tardivement, ces enfants rateront également leurs leçons particulières.» Contacté au sujet de ce problème, l’Outer Islands Development Corporation est restée injoignable.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x