Vacoas: elle tue celle qui lui donnait du travail et à manger…

Avec le soutien de
Katouna Meeajan (à g.), a comparu en cour hier. Elle a avoué avoir tué Saraspadeeamal Nojib, après qu’elle s’est introduite chez la victime.

Katouna Meeajan (à g.), a comparu en cour vendredi. Elle a avoué avoir tué Saraspadeeamal Nojib, après s’être introduite chez la victime.

Un véritable drame s’est joué à Sadally Road, Vacoas, jeudi soir. Saraspadeeamal Nojib, 81 ans, a connu une fin tragique dans un vol qui a mal tourné… 

Elle a surpris Katouna Meeajan, 34 ans, une habitante de Résidence Mangalkhan, chez elle… Il faut dire que la trentenaire connaissait bien les lieux car elle effectuait de petits boulots chez l'octogénaire, qui vivait seule et lui offrait à manger de temps en temps. 

Jeudi, Katouna Meeajan se rend au domicile de Saraspadeeamal Nojib pour chercher du boulot. Elle l'aurait appelée à maintes reprises mais l’octogénaire n’aurait pas répondu. Katouna Meeajan serait alors entrée dans la chambre de la retraitée pour la fouiller. 

Ce qu’elle ne savait pas, c’est qu’en fait, Saraspadeeamal Nojib se trouvait dans la salle de bains annexée à sa chambre. Ayant entendu du bruit, elle en est sortie et elle a surpris Katouna Meeajan. Une dispute a éclaté et la suspecte aurait poussé Saraspadeeamal Nojib, qui est tombée et a heurté la cuvette des toilettes.  Katouna Meeajan a alors pris la fuite. 

La police de Vacoas a débarqué chez la victime sur une requête du voisinage. La victime gisait dans une mare de sang et a été transportée à l’hôpital Victoria, à Candos.
Dans la soirée, Saraspadeeamal Nojib a rendu l’âme. 

La police a pu mettre la main sur la suspecte après avoir visionné les images des caméras de surveillance de la région. Soumise à un interrogatoire serré, Katouna Meeajan est finalement passée aux aveux. Elle a comparu au tribunal de Curepipe vendredi, où une accusation provisoire de meurtre a été retenue contre elle. Elle a été reconduite en cellule. 

L’enquête est menée par l’inspecteur Goolap et la Criminal Investigation Division (CID) de Vacoas, sous la supervision du surintendant Ruhomah. La CID de Curepipe, dirigée par l’inspecteur Nundoo, a aussi prêté main-forte dans cette affaire. L’autopsie du médecin légiste  de la police a attribué le décès de l'octogénaire à une fracture du crâne.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x