Pandémie: le business de location de voitures broie du noir

Avec le soutien de
Les voitures à louer (ici Taj Car Rental) attendent désespérément preneur.

Les voitures à louer (ici Taj Car Rental) attendent désespérément preneur.

À l’approche de la fin d’année, le cœur n’est pas à la fête pour tout le monde. Si les mois de décembre et janvier représentent en général la haute saison pour les agences de location de voitures, cette année, à cause du Covid-19, les affaires vont mal. En effet, qui dit pas de touristes dit aussi baisse d’activité pour ceux dont la clientèle est principalement étrangère.

«Nous avons essayé de tenir mais nous avons dû fermer depuis environ deux mois. Nous avions une flotte d’environ 40 véhicules destinée uniquement aux touristes. Depuis le confinement, il y a eu une chute drastique de nos activités et comme nous dépendons seulement des touristes, il nous a fallu fermer», explique Akshay Ghoorbin, de Top Car Rental. Également présent à l’aéroport pour la location de voitures avant le confinement, cette situation est pour eux sans précèdent. «C’était inattendu, nous avions du travail avant, mais la chute de nos activités a été conséquente et avec la pandémie, le business ne redécolle pas.»

Une autre agence, dont les clients sont principalement des touristes européens, se retrouve aussi dans une situation délicate. Si la compagnie avait une flotte de 185 véhicules incluant des voitures de prestige, il a fallu la réduire de 25 %. Toutefois, il reste quand même un petit pourcentage des véhicules qui sont destinés au marché local.

«Outre la baisse des activités, il faut également maintenir les véhicules en condition, les entretenir et les rouler. Il s’agit là de coût fixe si on y ajoute les salaires. Mais le retour sur investissement est minime», dit un responsable de cette agence.

Ce dernier est conscient que cette situation difficile risque de durer. «Nous n’avons pas de visibilité sur les mois à venir et de toute façon, même si on ouvrait grand les frontières, plusieurs pays d’Europe, sont à nouveau confinés donc de toute façon on ne peut pas s’attendre à ce qu’il y ait foule.»

Pour tenter de garder la tête hors de l’eau, d’autres agences à l’instar de Hosram Car Rental, située à Grand-Baie, ont dû réduire les tarifs de location et miser un peu plus sur la clientèle mauricienne. «Il nous reste quelques clients étrangers, ceux qui sont restés ici avec le confinement et on loue sur le long terme avec eux. Mais cela représente cinq ou six clients, je suis donc obligé de réduire mes tarifs de moitié alors que la baisse d’activité est d’au moins 60 %», explique Shafeeq Poordil, directeur de l’agence. Si d’habitude les mois de décembre et janvier annoncent la croissance dans le business, cette année Hosram Car rental se retrouve avec seulement dix réservations pour le mois de décembre.

S’ils attendent tous l’arrivée de jours meilleurs, l’évolution de la pandémie dans le monde ne présage rien de bon en attendant la commercialisation de ces fameux vaccins.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x