Mauritius Street Art: la chasse aux trésors est ouverte

Avec le soutien de

La photographe Gada lance son livre Mauritius Street Art. La publication, qui porte la griffe des éditions Vizavi, nous fait découvrir les magnifiques œuvres du Street Art.

Après le best-seller Mauritius No Comment, sorti en 2013, la photographe Gada remet le couvert avec Mauritius Street Art. Ce livre photographique, conçu dans le même format que Mauritius No Comment, c’est-à-dire qu’il tient dans une main, contient plus d’une centaine d’œuvres photographiées dans les quatre coins de l’île. C’est un hommage aux artistes du Street art.

«Ce projet est né il y a un an quand Pascale Siew des éditions Vizavi m’a approchée pour une publication. On voulait retravailler ensemble depuis un moment. Le thème m’a tout de suite plu car le Street art m’a toujours passionnée. J’en avais déjà photographié, notamment à La Réunion et dans le quartier Est de Londres», explique Gada.

Dès lors, la photographe se met en quête de fresques, parfois discrètes, parfois gigantesques, qui ornent nos bâtiments et nos rues. Les réseaux sociaux l’ont aidée à retracer certaines de ces œuvres. «Nous nous sommes mis des paramètres. Et l’un d’eux a été qu’il fallait que ces œuvres soient dans un lieu public ou visible à partir d’un lieu public car nous voulons inciter les gens à aller les voir. Le Street Art est une vraie galerie à ciel ouvert», souligne-t-elle. Afin de permettre au plus grand nombre d’admirer ces œuvres, Mauritius Street Art contient une carte de Port-Louis avec l’indication des lieux où se situent ces fresques. De plus, tous les clichés qui s’y trouvent sont référencés avec notamment le nom de l’artiste, quand il a pu être retracé, ainsi que l’adresse où l’œuvre se trouve.

À travers 150 pages de Mauritius Street Art, Gada nous fait découvrir des trésors insoupçonnés. Grâce à des gros plans, la photographe nous permet de voir ces œuvres de plus près. Si plusieurs de ces fresques se trouvent à Port-Louis et ont eu comme source d’inspiration le Festival Porlwi by Light, d’autres peuvent être aperçues dans des villages tels que Le Morne, Triolet ou encore Chemin Grenier. Chacune d’elle raconte une histoire, dénonce un mal qui ronge notre société ou montre encore les beautés de notre île. Au milieu des personnages, parfois fantasques, on découvre un «NO 2» drugs ou encore un Hands off Diego Garcia.

Mais les œuvres du Street Art sont éphémères, elles sont victimes du climat ou de la volonté des hommes. Mauritius Street Art immortalise ainsi ces fresques, qui luttent contre l’usure du temps et d’autres que plus personne ne verront, car elles ont été effacées. «Une fresque, qui était située à Curepipe et qui tournait autour de la corruption, n’est plus visible», souligne Gada. Mais, elle l’est encore dans les pages de Mauritius Street Art.

Ces œuvres sont nés des mains d’artistes mauriciens comme étrangers. «On a la chance à Maurice d’avoir des fresques, qui ont été exécutées par de grandes pointures internationales telles que Seth ou encore Jace. Ils ont peint nos murs alors qu’ils étaient de passage chez nous», souligne Gada.

En vraie boîte à trésor, Mauritius Street Art nous invite à aller à la rencontre de ces œuvres dont le temps est compté. Alors vite, allons à la chasse aux trésors.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x