L’UPSEE s’en va-t’en guerre contre le Mauritius College

Avec le soutien de
L'UPSEE réclame la mise sur pied d’un fact-finding commitee.

L'UPSEE réclame la mise sur pied d’un fact-finding commitee.

Le syndicat du personnel des collèges privés a mis sa menace à exécution. Munis de leurs pancartes, les membres de l’Union of Private Secondary Education Employees (UPSEE) ont manifesté devant l’entrée du Mauritius Collège ce vendredi 13 novembre en début d’après-midi. 

Durant ces dernières semaines des cas de harcèlements, de menaces et d’agressions verbales ont été révélés au grand jour par le personnel de l’établissement. De plus, les élèves ont aussi dénoncé la mauvaise qualité et le manque d'infrastructures, le manque d'hygiène et le manque d'activités entre autres. L’UPSEE réclame à l’institution la mise sur pied d’un fact-finding commitee qui  enquêtera sur les cas d’harcèlement et d’intimidations subis par le personnel et les élèves. «C’est une honte de voir la manière dont sont traités les élèves et le personnel de l’établissement. Nous avons mal au cœur en voyant cela» fustige Bhojeparsad Jhugdamby, président de l’union. Dans la foulée, il dénonce le licenciement récent de 24 enseignants. 

De plus, ce matin, les enseignants ont eu la désagréable surprise d’apprendre qu’ils n’étaient pas autorisés à sortir du collège à l’heure du déjeuner, soit entre 10h30 et 13h30. «Ces enseignants étaient supposés venir nous rejoindre pour la manifestation. C’est clairement de la séquestration».

Une contre-manifestation en soutien à la direction a aussi été organisée.

Du côté de la direction, l’Acting Rector, Rajcoomaree Mareeachallee, balaie les critiques d’un revers de main. Elle souligne que cette mesure a été prise pour la sécurité des étudiants. «Les élèves qui sont en examens quitteront bientôt l’enceinte de l’école. Avec la circulation et les travaux pour le Metro Express, nous craignons pour leur sécurité», déclare-t-elle. 

Quant aux infrastructures du collège, la responsable a fait savoir qu’une inspection est effectuée chaque trimestre par la PSEA. «Les années précédentes nous avons eu des notes above 98% . Donc on ne peut pas se plaindre». En ce qui concerne les licenciements, Rajcoomaree Mareeachallee avance que la direction a agi selon les performances de ces enseignants. «Ils étaient au courant qu’ils étaient à l’essai pour un an». D’ailleurs, une contre-manifestation en soutien à la direction a eu lieu au même moment. 

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x