Les Inkonus : un au revoir au goût de séga final

Avec le soutien de
Le groupe les Inkonus a annoncé la fin de l’aventure sur leur page Facebook, jeudi.

Le groupe les Inkonus a annoncé la fin de l’aventure sur leur page Facebook, jeudi.

Olivier Frappier, Patrice Arthur, Emmanuel Langevin, Jérémy Gungaloo, Lucas Cupidon, Lionel Cupidon, Yann Payet et Bernard Moonsamy : des prénoms qui ne vous sont pas inconnus. Le groupe tire sa révérence après neuf ans.

Ils ont monté le groupe les Inkonus en 2011 et ils voulaient sortir de l’ombre. Ils ont réussi leur pari. Neuf ans plus tard, le groupe de jeunes talents qui a fait danser et vibrer l’océan Indien a annoncé, jeudi après-midi, sur sa page Facebook, la fin de cette belle aventure. «Pendant neuf ans, nous vous avons fait vibrer avec des moments inoubliables de partage et beaucoup d’émotions. Nous vous remercions pour votre soutien et la chaleur de votre amitié. Le parcours des Inkonus s’arrête ici. Il est l’heure pour nous de vous dire merci. Les Inkonus resteront à jamais gravés dans nos coeurs. Nous vous disons au revoir et merci #Twa️.» Message qui n’a pas laissé les nombreux fans insensibles car ces derniers ne comprenaient pas cette décision.

Les Inkonus, c’est un groupe d’amis portés par l’amour pour la musique. Autre élément qui les a réunis : chacun des Inkonus jouait d’un, voire de plusieurs instruments de musique. Le groupe a rassemblé ainsi des talents multiples, ce qui lui a permis de toujours proposer le même niveau de prestation scénique, même en cas d’indisponibilité de l’un des membres. Ces derniers ne reprenaient jamais un morceau sans y ajouter leur petite touche personnelle et le style était toujours différent car ils jonglaient ainsi avec bossanova, reggae, zouk, séga ou encore blues, avec une aisance déconcertante.

L’ensemble, délivré en acoustique, donnait une touche singulière à leur interprétation. Leurs instruments de prédilection : la guitare, le cajón et d’autres percussions. Pourquoi le nom «Les Inkonus» ? Tout simplement parce qu’en se présentant sur scène pour la première fois, le groupe n’avait pas encore de nom. Ils l’ont choisi sur un coup de tête. Il est sûr que ces jeunes hommes toujours en tenue de type BCBG – rappelant certainement les boys bands des années 90 au style chic, classique et décalé qui leur donnait une identité à part – manqueront à la scène musicale. Sans compter les nombreuses scènes locales où leur album intitulé TWA résonnait en boucle.

C’est la fin des Inkonus mais les membres continueront leur avancée sur la scène locale car Lionnel et Lucas Cupidon ainsi que Yann Payet accompagnent Mélanie Pères dans le groupe PafMe. On voit souvent également Bernard Moonsamy se produire en solo sur la scène. Comme le dit si bien la citation, chaque fin annonce le début de quelque chose et ce qui est sûr, c’est que nous reverrons les Inkonus. Du moins, ils ne seront jamais loin…

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x