JIOI 2023: les Maldives demandent un renvoi pour 2025

Avec le soutien de
Les Maldives avaient reçu le drapeau des Jeux lors des derniers JIOI en 2019 à Maurice.

Les Maldives avaient reçu le drapeau des Jeux lors des derniers JIOI en 2019 à Maurice.

Le secrétaire général du Comité olympique des Maldives, Ahmed Marzooq, avait déjà fait part, il y a quelques semaines, que l’archipel ne pourrait accueillir les Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) en 2023.

C’est officiel depuis hier, mardi 20 octobre, suite à la tenue, par visioconférence, d’une réunion du Conseil international des Jeux (CIJ). Une réunion virtuelle à laquelle ont pris part les représentants de Madagascar, Maurice, Comores, Mayotte, Seychelles, Maldives et La Réunion.

Le ministre des Sports maldivien a indiqué aux membres du CIJ que son pays ne pourrait organiser la 11e édition de l’événement indianocéanique pour des raisons économiques. En effet, les Maldives sont, comme la plupart des pays du monde, sérieusement affectées par la crise sanitaire liée au coronavirus. Le camp maldivien propose, cependant, d’accueillir les Jeux deux ans plus tard, soit en 2025.

Enter Madagascar

De son côté, le Comité olympique malgache, par la voix de son président, Siteny Randrianasoloniaiko, a proposé sa candidature pour reprendre l’organisation de ces Jeux en 2023. «Nous sommes prêts à accueillir les Jeux en 2023, avec l’engagement du gouvernement. Nous avons toutes les infrastructures qu’il faut, ce qui nous encourage à reprendre l’organisation. Nous avons la possibilité d’accueillir beaucoup de disciplines», a-t-il indiqué.

Mais pour l’heure, aucune décision n’a été prise. C’est ainsi qu’une nouvelle réunion en visioconférence sera programmée dans un mois pour évoquer la question, avant la réunion en présentiel en février 2021 dans la Grande îIe.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x