Lutte contre le Covid-19: l’achat d’urgence envisagé pour les 260 000 doses de vaccin sécurisées

Avec le soutien de
D’aucuns se demandent si provision a été faite pour éviter toute rupture de stock du vaccin anti-Covid-19 une fois celui-ci disponible, comme durant la dernière campagne de vaccination antigrippe, en avril.

D’aucuns se demandent si provision a été faite pour éviter toute rupture de stock du vaccin anti-Covid-19 une fois celui-ci disponible, comme durant la dernière campagne de vaccination antigrippe, en avril.

Le gouvernement a donné son aval pour un accord d’engagement qui prévoit l’achat de vaccins entre Gavi Alliance et le ministère de la Santé, a annoncé le Conseil des ministres, vendredi. 

Les personnes âgées souffrant de comorbidités et les travailleurs de la Santé représentent les 20 % de la population qui bénéficieront en premier des 260 000 doses du vaccin anti-Covid-19, une fois celui-ci approuvé et disponible. C’est ce que précise le compte-rendu du dernier Conseil des ministres.

Il annonce également que le gouvernement a donné son aval pour un accord d’engagement entre l’Alliance Gavi et le ministère de la Santé et du bien-être. Un accord qui prévoit l’achat de ces vaccins. Sauf que le nombre de bénéficiaires pourrait changer, étant donné que la quantité de doses qu’il faudra administrer à une personne n’a pas encore été définie.

Par ailleurs, d’aucuns se demandent si provision a été faite pour éviter une rupture de stock au moment venu, comme cela a été le cas pour le vaccin antigrippe destiné aux personnes vulnérables, en plein couvre-feu sanitaire, en avril. Les 125 000 doses habituellement commandées à l’intention des «personnes âgées, à risque, policiers, personnel soignant, femmes enceintes, enfants et une partie de Rodrigues», comme l’avait précisé le ministre de la Santé, le Dr Kailesh Jagutpal, habituellement commandées ont vite été épuisées, interrompant la campagne de vaccination. 50 000 doses supplémentaires ont dû être commandées d’urgence en pleine restriction d’accès aux différents espaces aériens.

Quoi qu’il en soit, l’initiative de l’Alliance Gavi, où l’Unicef, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Banque mondiale et la Fondation Bill & Melinda Gates occupent des sièges permanents, est que les pays riches acceptent d’acheter des vaccins potentiels et de contribuer au financement de l’accès des pays pauvres aux vaccins.

La décision du Conseil des ministres intervient près de deux mois après une interpellation à ce sujet du leader du Parti mauricien social-démocrate au Parlement. Le 18 août, Xavier-Luc Duval avait demandé à Kailesh Jagutpal si son ministère avait déjà commandé ou réservé des vaccins anti-Covid-19, tout en insistant sur l’importance de s’y prendre à l’avance, comme le font des pays comme la France, le Royaume-Uni ou les États-Unis.

Lors des questions supplémentaires sur le sujet, le ministre de la Santé avait alors répliqué que le gouvernement ne peut commander de vaccins, d’autant plus qu’ils sont en phase d’essai. Mais, pressé de questions, il avait fini par dire que, compte tenu de l’urgence de la situation et malgré les procédures d’achat bien établies, le ministère optera pour la méthode d’approvisionnement la plus rapide, soit l’acquisition directe ou d’urgence du vaccin, dès qu’il sera disponible sur le marché.

La négociation de gouvernement à gouvernement est aussi d’actualité pour activer l’achat du vaccin. Kailesh Jagutpal avait aussi affirmé à ce moment-là que le pays s’est inscrit auprès de l’Alliance pour les vaccins à Genève. «Nous avons déjà reçu l’engagement que 20 % de nos citoyens, soit près de 260 000 doses, seront mises à notre disposition, une fois que le vaccin sera disponible. Mais, à Maurice, nous allons commander un vaccin adapté à notre population et nous n’allons pas prendre de vaccin pour faire des essais avec notre population

Il avait également fait la chronologie de la démarche des autorités mauriciennes avec l’Alliance Gavi. Kailesh Jagutpal a ainsi indiqué que le 5 juin, le Premier ministre a proposé une contribution «symbolique» de 2 500 dollars américains, en signe de bonne volonté, pour soutenir l’initiative du Royaume-Uni auprès de l'Alliance Gavi, pour les vaccins sur lesquels il travaille. «La contribution symbolique de Maurice serait considérée comme notre engagement dans la lutte mondiale contre la pandémie et pour la vaccination dans les pays pauvres», avait-il soutenu.

Le 2 juillet, l’Alliance Gavi a invité les pays à soumettre une manifestation d’intérêt pour rejoindre le dispositif COVAX. Afin de garantir que Maurice ait la meilleure possibilité d’accéder à un vaccin anti-Covid-19 sûr et efficace qui est essentiel pour réduire les décès, assurer la sécurité sanitaire, soutenir la stabilité sociale et donner un coup de fouet à la reprise économique mondiale et en souscrivant à la manifestation d’intérêt, le gouvernement bénéficierait d’un accès initial garanti à suffisamment de doses de vaccins pour couvrir 20 % de la population.

Le 10 juillet, Maurice a répondu positivement à cette invitation en écrivant au directeur général de l’Alliance Gavi pour les vaccins, pour manifester l’intérêt du pays à participer au dispositif COVAX.

Au mois de mai, lors de l’Assemblée mondiale de la Santé 2020, le Cameroun, au nom des États membres africains, avait lancé un appel pour que tout vaccin disponible soit partagé entre les États membres, à un prix abordable. L’île Maurice avait soutenu la demande du Cameroun.

Trois dollars la dose

La semaine dernière, la Chine, la République de Corée et Nauru ont rejoint le mécanisme COVAX. C’est ce qu’a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence de presse virtuelle organisée vendredi, de Genève. Ces dernières adhésions portent à 171 le nombre total de pays (hors États-Unis et Russie) qui font désormais partie de l’initiative mondiale pour l’accès aux vaccins, dont 92 économies à revenu faible et intermédiaire. Le COVAX couvre actuellement l’éventail de vaccins anti-Covid-19 le plus large et le plus diversifié au monde, dont neuf vaccins candidats. Neuf autres sont en cours d’évaluation et des discussions ont été engagées avec d’autres grands producteurs. Par ailleurs, une collaboration entre le Serum Institute of India (SII), l’Alliance Gavi et la Fondation Bill et Melinda Gates permettra d’obtenir, par l’intermédiaire du Mécanisme COVAX, jusqu’à 100 millions de doses des vaccins candidats d’AstraZeneca ou de Novavax, s’ils sont retenus, pour les pays à revenu faible et intermédiaire, à seulement 3 US $ la dose. Le système offre également la possibilité de se procurer des doses supplémentaires si le COVAX l’estime nécessaire. Des accords séparés entre l’Alliance Gavi, la CEPI et AstraZeneca, annoncés en juin, garantissent 300 millions de doses supplémentaires du vaccin candidat, s’il est retenu, pour le Mécanisme COVAX.

Source: OMS

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x