L'express leaks du dimanche 20 septembre au vendredi 25 septembre

Avec le soutien de

Des bruits de couloir, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ici ce que les autres vous cachent.

Quelle hygiène ?

Cela s’est déroulé dans un casino de l’État la semaine dernière. Un serveur affichant fièrement son statut d’agent politique et qui se permet même le luxe de voyager dans la voiture d’une «Surveillance officer» alors que les règlements le lui interdisent, a servi une tasse de thé nappée d’une grosse mouche à une cliente. Pas étonnant, soutient-on dans le milieu lorsque des «cleaners» commencent à travailler à 8 heures pour finir à 9 heures au quotidien. L’hygiène dans les casinos de l’État qui par-dessus tout viennent d’afficher des pertes de Rs 22 millions, est d’autant plus à déplorer étant donné que sur papier il existe un Health and Safety Committee avec deux Health and Safety Officers. Pendant ce temps le manager nommé à la SIC qui travaillerait uniquement le jour alors que les opérations se déroulent surtout le soir, fermerait les yeux sur l’horaire des «cleaners».

Colistiers déçus

Les colistiers d’un ministre d’une circonscription mi-rurale-mi-urbaine n’allaient surtout pas le laisser s’en tirer aussi facilement. Pour n’avoir pas été invités au concert «illégal», qui, d’ailleurs, fait l’objet d’une plainte en bonne et due forme au CCID, ils ont carrément rapporté ce dernier au Premier ministre. Le principal concerné aurait argué qu’il s’agissait d’une fête de son one-man party. 

Le 13 en force

L’installation d’un ex-policier proche d’un ministre du n°13, Rivière-des-Anguilles-Souillac, sur le «board» de la SBM ne serait qu’une entrée en matière. Face au mécontentement et rejet des citoyens qu’engendrent ces nominations politiques, des dirigeants n’en font qu’à leur tête. La preuve, un «district councillor» toujours du n°13 vient de se faire une place au soleil au sein d’une «subsidiaire» du ministère des Finances. 

Colère noire

Mais quelle mouche a piqué ce très haut cadre d’un département au centre de toutes les attentions depuis les deux naufrages catastrophiques du «Wakashio» et du «Sir Gaëtan»? Lui qui avait fait valoir son droit au silence après la «Private Prosecution» entrée par l’activiste Bruneau Laurette, est sorti de ses gonds après la diffusion sur notre site Internet des images exclusives du pompage du fioul du remorqueur «Sir Gaëtan» en fin de semaine dernière. Il aurait soutenu que le site du naufrage est la propriété de son département et de ce fait, son feu vert est crucial. Visiblement, certains s’obstinent à maintenir une opacité alors que cela leur aurait évité le pire s’ils avaient joué la carte de la transparence dans ces affaires qui aujourd’hui font tache… d’huile. 

Casse-tête tout en douceur

Le dernier (et premier !) Budget Padayachy projetait de doubler la taxe sur le taux de sucre dans les aliments. L’objectif est a priori valable dans un pays où le diabète déborde de partout. Cependant, en taxant le nombre de grammes de sucre dans une série de produits détaillés dans une annexe, on force les pâtissiers, les fabricants de sirop et autres marchands de gâteaux patate à mesurer et certifier le contenu en sucre de leurs produits et aux inspecteurs du ministère de la Santé et de la Mauritius Standards Bureau de sévir à chaque fois que la taxe payée n’est pas en ligne avec ce qu’ils vont trouver. Or, la teneur en sucre dépend souvent du «tour de main» et parfois même de l’inspiration ! Des esprits rationnels se sont demandé pourquoi mesurer et taxer le taux de sucre par produit plutôt que de taxer le sucre, simplement, à la source, au prix de gros. Ainsi, ceux qui seraient généreux dans leur utilisation auraient payé, de facto, plus de taxe au gouvernement… 

Silence radio de la MBCSA

Des employés de la MBC sont indignés face à la léthargie de leur syndicat qui n’a jusqu’ici pas réagi suivant l’affaire d’agression de  Shiam Persand. Il semble que ses dirigeants syndicaux attendent une directive du DG par intérim en congé forcé. Cela alors même que plusieurs membres ont écrit officiellement au syndicat pour lui demander de prendre position en faveur de la victime. Les dirigeants se font petits en ce moment et s’éclipsent dès qu’ils se sentent apostrophés par des syndiqués outrés par cette attitude de poule mouillée. 

Contrats en or

Le président de cet organisme parapublic est surveillé de près par les employés, en raison, entre autres, de sa proximité avec une responsable d’une boîte de com. Il a offert plusieurs contrats sans passer par le management ou par l’équipe technique à la firme de cette dernière, et ce, sans aucun appel d’offres, ou sans comparer les prix, nettement moins chers, d’autres prestataires. Ce même président a aussi permis à la fille d’un financier de venir assister à des réunions internes en tant que consultante. Dégoûtés, les employés ont alerté la presse et l’ICAC par rapport à un contrat juteux avec un club de foot et d’autres paiements effectués à une agence basée à Dubayy. 

Carottes pour les chevaux

Le Covid-19 a des répercussions directes sur l’ensemble des chaînes d’approvisionnement dans le monde. Cette situation n’épargne pas les chevaux du Champ-de-Mars, où la crainte d’une pénurie de nourriture de compétition se fait sentir. La dernière cargaison qui devait débarquer se fait toujours attendre, ce qui fait craindre le pire à quelques-uns qui sont en rupture de stock. 

Crowdfunding

De nombreux messages de soutien et de sympathie sont tombés dans le mailbox de «l’express» cette semaine dans le sillage des procès en réclamations de Pravind Jugnauth contre La Sentinelle, Nad Sivaramen et Touria Prayag (à qui Pravind Jugnauth réclame conjointement Rs 100 millions). Beaucoup de nos lecteurs soutiennent l’idée d’un «crowdfunding» afin de résister à la pression premierministérielle et de contrer ses tentatives de nous asphyxier financièrement. 

Détour politique

La présidente d’un club de seniors de la circonscription numéro 4 a fait croire à ses membres qu’ils allaient pique-niquer le week-end dernier sur l’une des plages de la région Est. Mais avant la plage, ces aînés se sont retrouvés, à leur insu, à Kewal Nagar dans un rassemblement politique. Mais pas pour longtemps; la grogne de certains a contraint l’organisatrice à revoir ses plans et aller enfin, comme promis, à la plage. 

Rivalité CP-CCID

Aux Casernes centrales, l’on parle de plus en plus de la tendance du Central CID à prendre des initiatives dans le dos du commissaire de police. Le patron du CCID, Heman Jangi, prendrait des directives de plus haut que le bureau du CP, explique-t-on. La décision qu’un membre du CCID parle de la com à améliorer aux Casernes centrales a fortement déplu dans certains quartiers pro-Servansing. 

Pierrot l’humoriste

L’humoriste en herbe, dont la plaisanterie (en privé) sur Air India, lui avait attiré pas mal de foudre semble être quelque peu sorti de la zone de turbulences. Suspendu en raison de la pression d’un groupe socioculturel sur Facebook, il retrouvera son poste sous peu, car il n’a pas tardé à présenter ses excuses publiquement. L’humoriste du dimanche a aussi tout fait pour protéger, par amitié, l’identité de celui qui l’a filmé lors d’un déjeuner après une partie de chasse et qui a cru bon de partager la vidéo qui a fait le buzz et déclenché les passions. 

Allergique à la BBC

Il n’y a pas qu’une certaine presse qui n’arrive pas à communiquer avec le PMO. Les conseillers en com semblent n’avoir toujours pas digéré le maladroit passage de Pravind Jugnauth sur les ondes de la BBC, raison pour laquelle ils ne répondent pas aux appels de la chaîne britannique. C’est ainsi que lors d’un entretien télévisé avec Me Sanjeev Teeluckdharry, l’avocat de Bruneau Laurette, une journaliste de la BBC n’a pas manqué de rappeler qu’à maintes reprises sa rédaction a tenté de joindre le PMO après l’arrestation de l’activiste, mais en vain. Les conseillers étant peut-être pris ailleurs à détourner l’attention du terrain d’Angus Road. 

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x