Naufrage du Sir Gaëtan: le capitaine Barbeau interrogé «under warning»

Avec le soutien de

Deux heures. C’est le temps qu’aura passé le capitaine Louis Gervais Barbeau, Port Master de la Mauritius Ports Authority (MPA) dans les locaux du Central Criminal Investigation Department (CCID) aux Casernes centrales, le mercredi 24 septembre pour le premier jour de sa convocation.

Celle-ci a pour but de faire la lumière sur les circonstances du naufrage du remorqueur Sir Gaëtan dans la nuit du 31 août. Ce drame a coûté la vie à trois des huit membres d’équipage alors que  le capitaine Moswadeck Bheenick est lui toujours porté manquant.

C’est peu avant 11 heures que le capitaine Barbeau est arrivé aux Casernes centrales en compagnie de l’avoué Manoj Appadoo. Ils ont été rejoints peu après dans les locaux du CCID par Me Rex Stephen, en présence de qui il a donné sa déposition. Le premier jour de l’interrogatoire du no 1 de la MPA était surtout axé sur sa formation et son travail dans le secteur maritime. Il est prévu que le capitaine Barbeau retourne dans les locaux du CCID ce vendredi.

À noter que, dans le sillage de cette affaire, son adjoint, le capitaine Kavidev Newoor, a été arrêté vendredi dernier sous une accusation provisoire d’homicide involontaire par négligence. Il a  par la suite été libéré contre une caution de Rs 40 000 et une reconnaissance de dette de Rs 500 000.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x