HSC 2021: des résultats provisoires… pour assurer les inscriptions universitaires

Avec le soutien de
L’arrivée des résultats du SC-HSC en août 2021 pourrait retarder les inscriptions universitaires des Mauriciens. [Photo d’archives]

L’arrivée des résultats du SC-HSC en août 2021 pourrait retarder les inscriptions universitaires des Mauriciens. [Photo d’archives]

«Avoir des résultats en août, c’est un peu exagéré. Quand les examens de Cambridge se tiennent en novembre, on a les résultats en janvier ou février au plus tard. On peut négocier pour que les résultats du SC et du HSC arrivent plus tôt.» Avis de Lucien Finette, ancien directeur du Mauritius Examinations Syndicate. D’autant plus, poursuit-il, que Cambridge est au courant de la période d’inscription et de la rentrée universitaire. D’où la pertinence de demander l’émission des résultats avant août 2021. 

Munsoo Kurrimbaccus, porte-parole de l’Union of Private Secondary Education Employees, se montre également critique face à cette situation. «Dans un collège privé des Plaines-Wilhems, les élèves sont prêts à prendre part aux examens de novembre 2020. Hélas, l’État ne les autorise pas à le faire. C’est comme une discrimination à leur égard. Les parents sont même d’accord pour payer les frais d’examens.» 

Le syndicaliste poursuit : «Les élèves du normal stream ne peuvent pas non plus y prendre part. Par contre, dans d’autres institutions privées, on les y autorise. L’éducation devient comme une commodité des riches.» Conséquemment, à l’arrivée des résultats en août 2021, «cela pénalisera les enfants qui risquent de perdre une année.» Une préoccupation partagée par Dharam Gokhool, ancien ministre de l’Éducation. «Les Mauriciens voulant étudier à l’étranger risquent de rater l’inscription de 2021. Pour les universités locales, c’est gérable. On peut toujours étendre les délais.» 

Du côté des agences qui assistent les Mauriciens pour des études internationales, ceci entraîne d’autres complications. Notamment l’obtention du visa. «Pour certains pays comme l’Australie, on obtient le visa vite. Mais pour le Canada, cela prend entre sept semaines à trois mois. Il y aura un goulot d’étranglement, car en juillet et août, tout le monde demandera son permis d’études», explique le Dr Dorish Chitson, fondatrice et Chief Executive Officer de l’Overseas Education Centre. 

Afin d’éviter davantage de retard, elle soutient que les étudiants peuvent s’inscrire à l’université dès réception de leurs bulletins scolaires vers novembre/décembre 2020. Ici, la demande d’admission internationale se base sur les «forecast results». Les Mauriciens reçoivent alors une offre conditionnelle jusqu’à obtention des résultats finaux en août 2021. Ces derniers sont alors envoyés aux universités en question pour l’offre finale, nécessaire à leur déplacement. 

Cependant, Dharam Gokhool constate des pressions au niveau des universités internationales concernant le recrutement des étudiants, notamment des contraintes budgétaires et des candidatures sûres. «À mon avis, la priorité sera donnée aux candidats possédant leurs résultats définitifs en main par les universités.» 

Fadil Ruhomatally, directeur du Malaysia Education Centre, souligne, lui, qu’en temps normal, les étudiants obtiennent le «statement of results» en février après les examens de novembre/décembre de l’année précédente. Puis, vient le certificat en juin/juillet. Or, à l’obtention du «statement of results» en août 2021, les universités peuvent plutôt exiger les certificats à la place. 

Néanmoins, tout n’est pas perdu. Une période de trois mois peut être accordée à cet escient. Puis, les inscriptions peuvent se faire d’août à novembre dépendant des établissements en Malaisie. Parallèlement, l’inscription provisoire fondée sur les résultats des «Mock Exams» et du SC peut être effectuée. «Certaines universités peuvent accepter que les postulants fassent leur demande de visa. Cependant, il est impératif que les étudiants obtiennent les résultats définitifs en août 2021 et répondent aux exigences minimales de l’institution pour finaliser l’offre», prévient-il. 

De plus, la confirmation des résultats en août 2021 est cruciale pour pouvoir partir, fait ressortir Christine Faugoo, Country Manager d’IDP Mauritius. Pour l’Australie, par exemple, les étudiants peuvent débuter les cours en ligne sur la base des «forecast grades» dès juillet pour un programme de licence. «Ceci implique qu’ils ne perdront pas six mois. Toutes les démarches peuvent être entamées avant les résultats d’août 2021», mentionne-t-elle. 

Que se passe-t-il en cas d’échec ou de mauvais résul-tats ? Impossible de partir dans ce cas, précisent les opérateurs. «On peut envoyer les étudiants dans les institutions pathway. Ils peuvent entrer à l’université mais auront à rattraper des modules», avance Dorish Chitson. Et qu’advient-il des paiements si les résultats ne passent pas ? En cas de «visa refusal», un remboursement sera effectué. Idem pour les frais de scolarité, à l’exception des coûts administratifs, dit-elle. 

Christine Faugoo insiste également sur l’importance de minimiser les risques. «Est-ce que les paiements vont être remboursés si les résultats ne sont pas bons ? On verra tout cela pour que les étudiants partent en connaissance de cause. On ne veut pas qu’ils se retrouvent à l’étranger et encourent la déportation à cause de mauvais résultats. C’est pour cela qu’ils commenceront les cours à Maurice, puis partiront si tout va bien.» 

Quant aux universités locales, le Dr Kaviraj Sukon, directeur général de l’Open University, précise que les apprenants pourront faire leur inscription en novembre/ décembre, pour débuter le semestre en janvier 2022. Un autre «intake» se tient d’avril à juin pour la rentrée universitaire d’août. 

Le Pr Dhajay Jhurry, vice-chancelier de l’université de Maurice, réfléchit justement à cette question. «Les cours reprendront probablement fin septembre pour l’année 2021-22, comme c’est le cas pour 2020. Pour pallier le problème, nous mettrons en place très probablement le mode de Conditional Offer and Pre-registration, comme pour les universités internationales.»

 


Le calendrier scolaire ponctué d’anomalies 

Entre les semaines de classes d’affilée et une toute petite pause du 17 au 25 octobre, entre autres modifications, le calendrier scolaire est décrié. Dharam Gokhool évoque notamment une «grande pagaille» où Cambridge a annoncé des changements dans le cursus. Selon lui, les autorités éducatives semblent s’être «endormies». «Ce n’est qu’en août 2020 qu’elles se sont réveillées pour de brusques changements. Face à ce manque de planification du ministère, ils font aujourd’hui du “deloading”. Pour eux, c’est venir alléger le programme pour qu’au PSAC, numériquement, plus d’enfants atteignent le niveau. Dans le fond, ce sera un nivellement par le bas.» Munsoo Kurrimbaccus estime, quant à lui, que les examens auraient pu être programmés plus tôt, ce qui aurait contribué à une rentrée scolaire normale en 2022. De plus, la tenue des examens en avril et mai 2021 et le 3e trimestre seront tributaires d’une période d’intempéries ajoutée aux multiples jours fériés en début d’année. Ceci entraînera une perte d’une dizaine de jours au minimum. Autre anomalie : la non-planification des vacances scolaires de 2021, période de correction d’examens pour les enseignants. «Certains examens se terminent le 5 juin 2021 mais la reprise des classes est prévue le 25 juin. Cela ne donne que 20 jours pour la correction. C’est très court.»

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x