Promotion des «Headmasters»: la GTU monte au créneau

Avec le soutien de
[Photo D'illustration]

[Photo D'illustration]

À la suite d'un exercice de promotion en novembre 2019, 17 maîtres d’école ont été promus. Mais selon un communiqué de la Government Teachers’ Union, l’exercice ne s’est pas déroulé dans la transparence et parmi ces headmasters récemment promus, plusieurs n’ont pas l’expérience requise pour ce poste.

Dans son communiqué, la GTU explique que, pendant deux ans, il y avait des officers-in-charge qui comptent 35 à 40 ans d’expérience qui ont administré les écoles. Pendant cette période, ils ont eu à faire le travail de responsable de l’établissement. Mais, à l’heure des promotions, ils ont été laissés sur le banc de touche au profit de personnes qui comptent peu d’expérience.

C’est pour cette raison que la GTU demande que le critère de l’ancienneté soit rétabli pour les exercices de promotion.

Ci dessous le communiqué dans son intégralité:

La récente promotion des Headmasters: Profond malaise dans les écoles primaires

17 Headmasters viennent d’être promus, découlant de la Waiting List,  à la suite de l’exercice de promotion de novembre 2019. Cette promotion a fait qu’un atmosphère de profond malaise déferle dans les écoles, du fait que des Officers-in-Charge, ayant administré les écoles pendant 2 ou 3 années, n’ont pas été promus. Ces officiers ont entre 35 et 45 ans d’expérience et de service.

Pire, ces Officers-in-Charge ont été «assigned HM duties», à deux reprises et ironiquement, ils n’y sont pas. Résultats de la course : ils auront à délaisser leurs postes d’Officers-in-Charge, au profit de jeunes, qui, du jour au lendemain, sont appelés à quitter leurs classes pour diriger les écoles.

C’est la pire des humiliations à l’égard des O/C. C’est une situation inédite, jamais connue dans les annales de l’éducation. Tout travail demande de l’expérience. Dans le cas des headmasters, ceux n’ayant aucune expérience administrative sont privilégiés.

Une nouvelle liste est dans le collimateur et une nouvelle vague de frustration est attendue dans les jours à venir.

La GTU demande le rétablissement du critère de l’ancienneté qui garantit la promotion à tous. La sélection tuera la profession à long terme. Placer des personnes inexpériencées à la tête des écoles est la pire des décisions. Car diriger une école actuellement n’est pas une mince affaire. Non seulement les HMs sont appelés à diriger le personnel, mais aussi à gérer les parents et la communauté scolaire.

Il faut des personnes avec beaucoup d’expérience et de compétence pour diriger les écoles.

D’autre part, la PSC agit toujours dans l’opacité totale et prend en considération d’autres éléments dans l’exercice de sélection. À la GTU, nous avons vécu les sélections dans le passé, qui ont causé un tort immense à la profession. La sélection avait été stoppée en 1993, par décision gouvernementale.

Celle-ci a été recommandée de nouveau par le PRB en 2008. La GTU a tout fait pour barrer la sélection pendant... 11 ans. Finalement, la sélection a eu lieu en novembre 2019, causant un énorme désarroi dans la profession. Il faut trouver une solution pour les O/C et à moyen terme, rétablir le critère de l’ancienneté, qui reste l’unique gage pour l’équité et la justice.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x