Plage de Pomponnette: les barricades enlevées après un an

Avec le soutien de
Les barrages en tôle ont été enlevés à Pomponette, ce vendredi, par des officiers du ministère des terres.

Les barrages en tôle ont été enlevés à Pomponette, ce vendredi, par des officiers du ministère des terres.

Le bail accordé à Clear Oceans sur la plage de Pomponette a été résilié en août 2019. Mais personne ne le savait. Ce n’est que récemment que l’on a appris cela. Le ministre Steve Obeegadoo, qui a hérité de ce dossier «chaud», ne voulait pas en parler. Et même au Parlement, quand Fabrice David lui avait demandé pourquoi les barrages n’ont pas encore été enlevés suivant la résiliation du bail, il avait expliqué qu’il n’était pas au courant.

Le groupe écologiste Aret Kokin Nou Laplaz (AKNL) s’est fait alors un devoir de lui envoyer des photos et articles de presse et l’a rencontré pour lui poser la même question : pourquoi ces barricades n’ont pas été enlevées ? Mis au pied du mur, le ministre du Logement et des terres a ainsi promis de s’en occuper. Résultat: ce vendredi, ses fonctionnaires ont démoli les barricades qui bloquaient l’accès au public.

Dans une déclaration à l’express, Carina Gounden, d’AKNL, dit apprécier le fait que le ministre Steven Obeegadoo ait tenu sa promesse de démolir ces barrages à Pomponette. Cette promesse avait été faite il y a deux semaines lors d’une rencontre entre le ministre et AKNL, devait soutenir la militante écologiste.

Cependant, Carina Gounden rappelle que c’est la première étape de leur combat. «Car nous attendons que la plage de Pomponnette soit proclamée à nouveau plage publique. D’ailleurs, nous avons un procès en cours, où le ministère du Logement et des terres maintient sa position, c’est-à-dire que la plage ne sera pas rendue au public car il y a un autre projet en attente.»

Steve Obeegadoo avait réaffirmé cette position au Parlement, en réponse à Fabrice David. Pour Carina Gounden, les choses ont changé depuis 15 ans, quand le premier projet d’hôtel avait été entamé. «Avec le Covid-19 et bien d’autres événements, un projet d’hôtel ne tient plus la route économiquement. Et puis, les Mauriciens ne peuvent être privés d’une des rares plages publiques qui subsistent à Maurice.»

Elle ajoute que l’attirance pour la destination Maurice dépend aussi de la conservation de sites comme Pomponnette. «Il faut revoir la façon dont sont gérées nos plages», conclut-elle.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x