Nettoyage des côtes: une partie des hydrocarbures condamnée à rester

Avec le soutien de
Des «booms» artisanaux avaient été installés au front de mer de Mahébourg.

Des «booms» artisanaux avaient été installés au front de mer de Mahébourg.

Suffit-il d’un seau et d’une pelle pour retourner les galets et le sable ? Ou d’appliquer une bonne dose de dispersants chimiques pour retrouver la carte postale. Le nettoyage fin des hydrocarbures du MV Wakashio s’annonce beaucoup plus complexe. Mais surtout long. 

Si «le gros a déjà été enlevé», estime Yann von Arnim, océanographe et spécialiste de biologie marine qui collabore avec la Mauritius Marine Conservation Society (MMCS) et la Mauritius Scuba Diving Association (MSDA), il faut se concentrer sur les endroits les plus difficiles d’accès. Car, avec la marée, «l’huile lourde part et revient», s’infiltrant entre les roches et dans le sable. 

Il est d’avis que ce n’est pas à la population mais aux spécialistes d’intervenir dans les zones sensibles où poussent les mangroves. Une région qui passe par Grand-Port, Rivière-des-Créoles, Anse-Jonchée jusqu’à une partie de Pointe-du-Diable. Ce qui explique que le nettoyage prendra «plusieurs mois ou même un an avant d’être complété à 100 %». 

Il existe des dispersants chimiques qui permettent à l’huile de se dissoudre dans l’eau. Sauf que «c’est encore plus toxique que les hydrocarbures eux-mêmes», prévient Yann von Arnim. Mise en garde dont Vassen Kauppaymuthoo, océanographe et ingénieur en environnement, se fait l’écho. «Il ne faut surtout pas utiliser des produits qui vont redonner un beau coup d’oeil au paysage, mais qui sont en réalité toxiques.» Il ajoute que «certains vont dire que ce sont des produits biodégradables», mais il ne faut pas s’y fier. 

Le spécialiste – et non expert, précise-t-il – explique qu’à l’air libre, une partie du pétrole s’évapore. «C’est ça les mauvaises odeurs que des habitants de cette région ont respiré.» L’autre partie sèche et devient des «galettes que l’on ramasse à la main». Ce qui est «mieux» que de gratter avec une pelle avant que le pétrole ne soit sec, car cela a le désavantage de le faire pénétrer plus profondément. 

Vassen Kauppaymuthoo plaide en faveur de l’utilisation de produits qui permettent à la Nature elle-même de se nettoyer et de se régénérer. «On peut activer des bactéries qui sont présentes dans la Nature et qui vont se nourrir des hydrocarbures», propose-t-il. Comment contrôler la prolifération de ces bactéries ? L’océanographe précise qu’il s’agit de bactéries «spécifiques» aux hydrocarbures et qui deviennent inactives quand elles ne sont plus nourries. 

Malgré tous les efforts, il faut se rendre à l’évidence. «Il y a une partie qu’on ne pourra pas enlever. Quoi qu’il arrive, il y aura des traces», affirme Vassen Kauppaymuthoo. Car cette pollution finit par entrer dans la chaîne alimentaire. Dans les planctons qui sont mangés par d’autres animaux marins, dont les crabes. Quant aux produits dispersants, certains comportent des éléments cancérigènes.

Nettoyer c’est bien, ne pas salir c’est mieux 

«Il faut nettoyer l’huile lourde, mais surtout nettoyer les plages tout court», s’écrie Yann von Arnim, océanographe. Selon lui, «quand on fait des photos des plages, on voit l’huile, mais surtout beaucoup de bouteilles en plastique et autres déchets».

Publicité
Publicité

Le 26 juillet, les habitants de Pointe d’Esny se réveillent avec une triste image: l’épave du MV Wakashio drossée sur les récifs. Le navire japonais battant pavillon panaméen s’est échoué la nuit précédente. 12 jours après, il déverse son contenu dans nos lagons, causant une marée noire. Sans perdre de temps, les Mauriciens, main dans la main, s’activent pour limiter les dégâts. Retour sur la pire catastrophe écologique du pays…

D'autres articles »
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x