Naufrage du Wakashio: l’armateur japonais déjà impliqué dans plusieurs accidents…

Avec le soutien de

L'armateur japonais du Wakashio qui s'est échoué aux larges de nos côtes, provoquant une fuite d'hydrocarbures qui menace l'environnement, a déjà été impliqué dans plusieurs accidents, dont une marée noire en 2006 dans l'océan indien. C’est ce qu’indique un article de l’AFP. 

La compagnie Mitsui OSK Lines exploite le vraquier MV Wakashio, qui a heurté un récif à Pointe-d'Esny le 25 juillet et dont les 3 800 tonnes de fioul et 200 tonnes de diesel qu'il transportait ont commencé à se répandre dans les eaux d'un bleu surnaturel qui font la réputation de Maurice.

Ce n'est pas le premier accident dans lequel la compagnie est mise en cause. En 2006, le pétrolier Bright Artemis, qu'elle exploitait, a été endommagé alors qu'il tentait de secourir l'équipage d'un autre navire, provoquant la fuite dans l'océan Indien d'une quantité de pétrole brut estimée à 4 500 tonnes.

La fuite ayant eu lieu au large, le parti avait été pris de laisser la nappe se diluer et s'évaporer, la compagnie estimant qu'il était peu probable que le pétrole atteigne les côtes. La Mitsui OSK Lines a également été impliquée dans d'autres accidents, notamment le naufrage de l'un de ses porte-conteneurs en 2013, dans l'océan Indien toujours…

L'histoire de la compagnie de transport maritime établie à Tokyo remonte à 1878, quand la société de commerce Mitsui & Co a commencé à exploiter une liaison par bateau à vapeur entre Nagasaki et Shanghai. Au sein du grand conglomérat ("zaibatsu") Mitsui, l'activité maritime a été étendue dans les années 1930 au transport de passagers entre le Japon et le continent américain. Rebaptisée Mitsui Steamship en 1942, elle a été utilisée, comme bien d'autres compagnies privées nipponnes, pour le transport militaire avant et pendant la Seconde guerre mondiale.

Survivant au chaos de l'après-guerre, la compagnie a participé au «miracle japonais» en prenant part aux exportations de voitures nipponnes et aux importations de gaz naturel de l'Archipel, pauvre en ressources naturelles. Rebaptisée Mitsui OSK Lines en 1999, elle exploite aujourd'hui quelque 

740 navires dans le monde et emploie plus de 1 000 personnes.

Le vraquier MV Wakashio, lancé en 2007, est la propriété de l'entreprise japonaise Nagashiki, établie à Wakayama (ouest). Il avait passé sans problème son inspection annuelle en mars, selon l'ONG ClassNK. 

Par ailleurs, rappelons que l’armateur et le propriétaire japonais ont présenté leurs excuses à Maurice après le naufrage du vraquier et la catastrophe environnementale engendrée.

Publicité
Publicité

Le 26 juillet, les habitants de Pointe d’Esny se réveillent avec une triste image: l’épave du MV Wakashio drossée sur les récifs. Le navire japonais battant pavillon panaméen s’est échoué la nuit précédente. 12 jours après, il déverse son contenu dans nos lagons, causant une marée noire. Sans perdre de temps, les Mauriciens, main dans la main, s’activent pour limiter les dégâts. Retour sur la pire catastrophe écologique du pays…

D'autres articles »
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x