Cannes brûlées: des petits planteurs dans la tourmente

Avec le soutien de
Les cannes coupées qui restent dans les champs pendant plusieurs jours perdent leur taux de sucrose.

Les cannes coupées qui restent dans les champs pendant plusieurs jours perdent leur taux de sucrose.

Après la baisse du prix du sucre, le manque de main-d’œuvre et l’augmentation des coûts de production, un autre problème s’ajoute à la liste des petits planteurs de canne. Plusieurs d’entre eux ont vu leurs cannes brûlées ces dernières semaines. Ils éprouvent des difficultés à les faire broyer par des établissements sucriers dans un délai raisonnable.

Kreepalloo Sunghoon, porte-parole de ces planteurs, a envoyé une lettre à la Mauritius Cane Industry Authority (MCIA) pour faire état de leurs difficultés. Mais, à hier, il n’a reçu aucune réponse.

Selon le représentant des petits planteurs, durant ces dernières semaines, environ 200 arpents de cannes ont été brûlés, surtout dans le Nord. Cela représente environ 7 000 tonnes de cannes, soit quelque 700 tonnes de sucre.

«Normalement, les cannes brûlées doivent être broyées le plus rapidement pour ne pas trop perdre le taux de sucrose. Malheureusement, ces cannes restent dans les champs pendant plusieurs jours. De ce fait, les planteurs enverront des cannes avec un très faible taux de sucrose et vont subir de lourdes pertes.»

Le porte-parole des planteurs avance que même les cannes des établissements sucriers ont été brûlées ces dernières semaines. Or, celles-ci ont priorité sur celles des petits planteurs.

L’association des petits planteurs a envoyé une correspondance à la MCIA pour que cette autorité agisse comme un intermédiaire entre eux et les établissements. Mais il n’y a eu aucune réaction. «Si la MCIA ne se rend pas compte des difficultés des petits planteurs, je me demande à quelle porte nous allons frapper.»

 De son côté, Gilbert Hennequin, manager de Cane Logistic et Weighbridge de Terra, indique que cet établissement fait de son mieux pour satisfaire les planteurs. Toutefois, il y a un quota à respecter. «L’usine ne peut broyer qu’une quantité limitée de cannes chaque jour. Donc, s’il y a trop de cannes brûlées, il sera difficile de satisfaire tous les planteurs.»

Gilbert Hennequin est d’avis qu’il faut mener une campagne contre les incendies dans les champs de cannes. «Pourquoi, en cette période, il n’y a pas une plus grande surveillance de la part des policiers ? Car je le reconnais avec des cannes brûlées, les planteurs feront face à un manque à gagner conséquent.»

Du côté de la MCIA, personne n’a pu fournir une explication, malgré nos tentatives.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x