Covid-19: le virus survit quelques heures dans le corps d’une personne décédée

Avec le soutien de
À l’étranger comme à Maurice, le personel médical est en «full personal protective equipment» lors des autopsies.

À l’étranger comme à Maurice, le personel médical est en «full personal protective equipment» lors des autopsies.

La nouvelle de la mort d’un pensionnaire d’un centre de quarantaine a vite fait le tour de la Toile, hier. La première réaction de tous était de savoir s’il était une victime du Covid-19. Toutefois, l’autopsie a révélé qu’il est mort de causes naturelles, laissant le nombre de victimes décédées du Covid-19 à 10 à Maurice. Néanmoins, certains continuent à se demander si le Covid-19 peut être transmis post-mortem. Voici un élément de réponse.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), du moment que les précautions sont prises, il n’y a aucune raison de craindre que le Covid-19 ne se répande de personnes décédées à des personnes vivantes. «À ce jour, il n’existe aucune preuve que des cadavres transmettent la maladie aux vivants», a déclaré William Adu-Krow, porte-parole de l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS/OMS).

Ces précautions ont été prises à Maurice, soutient le docteur Catherine Gaud. Sollicitée de France, elle ajoute que le virus vit certes quelques heures dans le corps d’une personne décédée. «Le virus peut s’aérosoliser à partir des sécrétions corporelles et peut ainsi être contagieux. C’est ainsi que tout le personnel de santé doit être en ‘full personal protective equipment’ et cela même quand l’on s’apprête à faire la toilette mortuaire.» Elle confie que cette préparation doit se faire de façon très professionnelle. «Par exemple, il ne faut pas secouer le drap qui se trouve sous la personne décédée. Il faut mettre la personne dans une housse hermétique. Et nous en avons à Maurice. Ensuite la personne doit être mise en bière pour éviter la contamination et pour que la famille ne la touche pas après sa mort.»

Cependant, une fois la personne dans son cercueil, elle a droit à tous les rituels propres à la famille. «Les précautions à prendre sont les mêmes à travers le monde. C’est un peu comme pour les personnes mortes de tuberculose et d’autres maladies contagieuses.» Néanmoins, elle suggère qu’il faut éviter les autopsies en cas de décès dû au Covid19. «On le fait uniquement si cela s’avère nécessaire comme si l’on suspecte que la personne a subi des maltraitances ou a été battue.»

En ce qui concerne le médecin décédé vendredi dans le centre de quarantaine, ceux qui l’ont côtoyé s’en souviennent comme d’une personne extrêmement joviale et toujours prête à aider son prochain. Pour un médecin du public, qui a travaillé à ses côtés pendant dix ans, c’est une personne de valeur qui s’en est allée. «Il œuvrait beaucoup dans le social. Toujours un mot pour réconforter les patients. Il avait à cœur d’aider tout le monde.» Le docteur, âgé de 75 ans, est rentré au pays le 26 juillet dernier sur le vol en provenance de Paris. L’autopsie pratiquée soutient qu’il est mort de causes naturelles. Il faut noter, qu’à ce jour, Maurice n’a aucun cas actif de Covid-19. Par contre, le nombre de personnes dans les centres de quarantaine s’élève à 762.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x