Affaire St-Louis: Lagesse et Mukoon attendus à l’ICAC ce matin

Avec le soutien de
L’ingénieur Bertrand Lagesse et l’ex-DG du CEB, Shamshir Mukoon s’étaient rendus à l’ICAC déjà samedi.

L’ingénieur Bertrand Lagesse et l’ex-DG du CEB, Shamshir Mukoon s’étaient rendus à l’ICAC déjà samedi.

Au moins deux protagonistes dont les noms ont été cités dans le Saint-Louis Gate devraient se rendre au siège de la commission anticorruption (ICAC) ce lundi matin. D’après un proche du dossier, les enquêteurs ne sont pas encore arrivés au stade d’interrogatoire. Ils épluchent les documents embarqués lors de leurs descentes vendredi après-midi chez Shamshir Mukoon, l’ex-directeur général par intérim du Central Electricity Board (CEB), ainsi que chez Bertrand Lagesse, consultant de la firme Burmeister and Wain Scandinavian Contractor (BWSC) à Maurice et chez un responsable de la firme PadCo.

Au siège de l’ICAC, toute information concernant cette affaire est jugée strictement confidentielle. Mais il nous revient que Bertrand Lagesse sera accompagné de son avocat, Me Joy Beeharry. Et selon nos recoupements, il ne sera pas inquiété pour le moment. «Non, il ne sera pas interrogé under warning», confie une source proche du dossier.

Toujours est-il que l’ingénieur ne sera pas confronté, ce lundi 29 juin, aux documents en possession du chef du gouvernement, selon notre source. Il devra toutefois fournir des explications ayant trait au rapport de la Banque africaine de développement. «Pour l’heure, l’enquête est à un stade préliminaire et aucune arrestation n’est en vue ce lundi. Mais cela dépend», poursuit notre source. 

Lors de sa convocation samedi, Bertrand Lagesse avait déclaré n’avoir été que consultant technique dans le projet d’achat de turbines de la station de Saint-Louis. «On fait fausse route envers ma personne et ce n’est pas correct de dire que je suis un intermédiaire dans cette affaire de corruption», s’était-il défendu. À noter que les enquêteurs continueront à écouter Shamshir Mukoon, l’ancien directeur général par intérim du CEB, aujourd’hui également.

Fac-similé du mèl envoyé par la BWSC à Shamshir Mukoon, le 15 février 2019.
Un extrait du procès-verbal du «board» du CEB, en date du 31 octobre 2019.
Publicité
Publicité

Le communiqué de la Banque Africaine de Développement le 8 juin dernier a eu l’effet d’une bombe. L’instance rapporte qu’après une enquête, il a été établi que la firme danoise Burmeister & Wain Scandinavian Contractor a graissé la patte à des membres de l’administration mauricienne  à travers des tiers pour avoir accès à des documents confidentiels en amont de la soumission d'une offre. Depuis, il y a eu d’autres révélations et des révocations...

D'autres articles »
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x