Où sont passés les enfants du shelter de Surinam?

Avec le soutien de
La propriétaire du shelter demandait de l’aide et avait indiqué que ces bébés sont arri¬vés «du jour au lendemain, peu après le début du confinement sans que je ne sois préparée», mais qu’elle les hébergera quand même (photo d’illustration).

La propriétaire du shelter demandait de l’aide et avait indiqué que ces bébés sont arri­vés «du jour au lendemain, peu après le début du confinement sans que je ne sois préparée», mais qu’elle les hébergera quand même (photo d’illustration).

Cette histoire fait polémique depuis vendredi. Un shelter qui accueillait des nourrissons, des enfants ainsi que des femmes battues, à Surinam, aurait fermé ses portes du jour au lendemain. Cependant, neuf bébés ont été évacués en catimini le jeudi 14 mai. Où sont-ils passés ainsi que les enfants qui y étaient ?

L’alerte a été donnée par la députée rouge Stéphanie An­quetil. Cette dernière, que nous avons contactée, raconte que des personnes qui habitent Surinam auraient vu des choses louches se passer le jeudi 14 mai dans cet abri. «J’ai reçu des appels m’informant qu’on faisait évacuer des enfants dans un van en catimini. Neuf bé­bés plus précisément. Lorsque j’ai commencé à faire ma petite enquête, le shelter en question avait fermé ses portes. Je me sens concernée et je me demande où sont ces enfants en ce moment.»

Une question que se posent de nombreux internautes aussi. Car cet «abri» pour enfants en détresse et femmes victimes de violence do­mestique a souvent fait parler de lui, en témoignent des publications sur les réseaux sociaux ainsi que de nombreux articles parus dans la presse locale. En effet, l’abri en question, qui était dirigé par une femme très connue dans le milieu du social, aurait ouvert ses portes en février de cette année et devait être inauguré le 28 mars dernier. Toutefois, le Covid-19 aurait joué les trouble-fêtes.

Pas de fonds du ministère

Ce qui intrigue dans cette his­toire, c’est que la propriétaire du shelter, avait, par le biais d’un article de presse, le 14 mai justement, demandé de l’aide pour subvenir aux besoins des enfants qu’héberge son abri. Elle avait attiré l’attention du public en faisant savoir qu’elle avait à sa charge des enfants âgés entre 7 mois et 14 ans, et plus précisé­ment neuf bébés qui ont besoin de nourriture, de couvertures et de confort, entre autres. Tout en précisant que ces bébés sont arri­vés «du jour au lendemain, peu après le début du confinement sans que je ne sois préparée», mais qu’elle les hébergera quand même.

Sollicité, le ministère de l’Égalité du genre et du Bien-être de la fa­mille est resté injoignable. Cepen­dant, à travers une radio privée, la ministre Kalpana Koonjoo-Shah a affirmé que cet abri «était privé et le ministère n’a jamais donné de fonds à ce shelter».

Mais où sont les enfants qui se trouvaient dans ce shelter qui a mis la clef sous la porte ? Quels sont ces vans qui sont venus les récupérer ? Et pourquoi le ministère n’effectue aucune en­quête à ce propos ?

Selon Stéphanie Anquetil, toute cette histoire sera soulevée lors de la prochaine séance parlementaire. Quant à la présumée propriétaire de l’abri, elle est restée injoignable malgré nos nombreux appels.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x