Ultimatum ignoré: «Il faudra liquider MK si...»

Avec le soutien de
Les jours heureux semblent bien loin derrière le personnel d’Air Mauritius, avec la restructuration en cours. Photo d’archives

Les jours heureux semblent bien loin derrière le personnel d’Air Mauritius, avec la restructuration en cours. Photo d’archives

Les syndicats de MK refusent de renoncer aux accords obtenus précédemment, pour le personnel. Il se pourrait que 50 % des employés soient licenciés par les administrateurs.

Les huit syndicats représentant le personnel d’Air Mauritius (MK) ont adressé chacun, jeudi soir, un mél aux administrateurs de la compagnie nationale d’aviation et au ministère du Travail. Selon le négociateur syndical Jack Bizlall, ces méls font part de l’incapacité de ces instances à répondre pour les employés aux propositions des administrateurs. Il avait été demandé aux représentants des employés de renoncer aux accords déjà passés avec la direction, c’est-à-dire tous les droits et allocations qu’ils avaient obtenus en plus des conditions figurant dans leur contrat de travail. Et en retour de ce sacrifice, seuls 40 % d’emplois seraient sacrifiés au lieu de 50 %.

Que feront les administrateurs suite au refus des syndicats de leur répondre ? «Nous comptons agir selon la loi ! Nous ne pouvons rester suspendus au bon vouloir des syndicats pour régler urgemment les problèmes de MK. En attendant, qui va payer leurs salaires ?» nous dit une personne proche du dossier de l’administration. «Les Staff Related Costs se montent à Rs 350 millions par mois. Si on ne les divise pas de moitié, il faudra liquider la compagnie et dans ce cas, tout le monde sera perdant.» Et pour démontrer peut-être que certains employés de MK sont des privilégiés, on compare volontiers les salaires de ces derniers à ceux d’Airmate, «qui font le même travail pour un tiers des salaires». On nous assure qu’une bonne partie des membres de la direction sera parmi les sacrifiés.

Les administrateurs iront-ils donc de l’avant avec le licenciement d’au moins 50 % d’employés ? Du côté du ministère du Travail, on affirme qu’aucune intervention n’est prévue dans cette affaire tant que les négociations sont en cours entre les syndicats et l’employeur ou l’administrateur. Le ministère précise toutefois que les licenciés auront droit non seulement à 30 jours de paie mais aussi aux autres dus, y compris les congés remboursables, les bonis et la pension.

Jack Bizlall nous informe, d’autre part, qu’une équipe épluche les comptes de MK depuis 2017 et ce avec l’aide de BIT Associates, une firme internationale d’experts-comptables. «On essaie de comprendre quelle fut la raison de la descente aux enfers d’Air Mauritius, qui avait pourtant affiché des bénéfices en 2017.»

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x